comment sortir de l ‘enfer de la spasmophilie ?

 

 Près de 10 millions de personnes en France ,principalement des femmes, souffriraient de spasmophilie .De quoi s’agit –il  ? Il est difficile de trouver  une définition précise de la spasmophilie  .La définition la plus communément admise est : « une hypersensibilité neuromusculaire et affective »

Le Dictionnaire Médical Flammarion la définit comme un : « Etat caractérisé par des manifestations chroniques de tétanie sans anomalie calcémique patente. Le (ou les) mécanisme(s) exact(s) de cet état chronique d’hyperexcitabilité neuromusculaire reste(nt) à préciser. Son existence est discutée. »

Les causes de la spasmophilie sont mal connues, il existerait une prédisposition génétique et un terrain préexistant in utero et  les facteurs psychologiques joueraient un rôle déterminant . Le  profil psychologique du spasmophile est le suivant : une personne fragile ,manquant de confiance en elle , trop dépendante de l’opinion des autres , d’une grande sensibilité  , très vulnérable au stress , mal dans sa peau  et ayant du mal à gérer son émotivité ;

 Les troubles caractéristiques de la spasmophilie  ne se manifestent que bien après la naissance ,sous l’influence de facteurs qui provoquent un déséquilibre du terrain préexistant ;  au premier rang de ces facteurs figurent : les chocs émotionnels ( ruptures , divorces , problèmes professionnels ,) , les modifications subites et importantes de l’environnement habituel de la personne ( changement de cadre de vie , déménagement , travaux perturbants ) , les  troubles hormonaux , les conditions climatiques épuisantes ( cf la canicule en été  )

A l’origine du problème un dysfonctionnement du métabolisme cellulaire : la réabsorption du magnésium au niveau de la cellule ne se fait pas à un niveau suffisant pour compenser l’effet excitateur du calcium ce qui provoque une hyperexcitabilité

Le milieu médical s’inquiète du nombre croissant de personnes souffrant de spasmophilie car celle –ci est extrêmement handicapante  ; sa prise en charge   ne doit donc pas être négligée sous peine d’entraîner une diminution des résistances qui pourrait ouvrir la voie à d’autres maladies .

LES SYMPTOMES DE LA SPASMOPHILIE

Les symptômes les plus courants chez les personnes souffrant de spasmophilie sont les suivants :

   symptômes physiques  :

                                      – sensation d’avoir la tête dans un étau

                                       -boule à l’estomac

spasmophilie boule à l'estomac

La sensation de boule à l’estomac est un symptôme courant de spasmophilie

                                      – oppression respiratoire

                                      – vertiges , fourmillements dans les bras , les mains , le visage , les jambes , crampes sévères

                                     – difficultés à déglutir , sensation de boule dans la gorge

                                    –  fatigue extrême  : impossibilité d’effectuer les actes les plus ordinaires de la vie courante  , comme par exemple laver la vaisselle ou préparer les repas car on se sent sans force et on a l’impression à chaque mouvement que l’on essaie de faire de soulever une tonne

                                    – difficulté ou impossibilité de marcher ( sensation de jambes en coton )

                                    – tachycardie

                                    – baisse de la libido

                                    – hypersensibilité au bruit : les bruits même mineurs sont amplifiés , résonnent dans la tête , sont  insupportables et causent une véritable souffrance 

                                   – difficulté d’élocution : bégaiement

                                   – troubles intestinaux : colites , alternance de diarrhées et de constipation

                                   – baisse de la réactivité

symptômes anxio-dépressifs

                                   – Irritabilité , troubles de l’humeur

spasmophilie et angoisse permanente

spasmophilie , difficile de faire face à la sensation permanente d’angoisse

                                   — angoisse permanente

                                  –  phobies  sensation permanente d’être en danger

                                 –  difficulté à se concentrer : lire , faire un effort intellectuel quel qu’il soit est impossible ; impression d’être un légume .Impossibilité de réfléchir

                                 – Impression d’être déconnecté de la réalité et d’évoluer dans un monde parallèle , dans le brouillard

                                 – déprime : Elle s’ajoute à la souffrance physique car non seulement on a  conscience d’être diminué physiquement et intellectuellement mais en plus on se sent incompris de l’entourage ; à la décharge de ce dernier , il faut préciser  que, sauf en cas de crise aigüe , la plupart des symptômes ressentis par le spasmophile ne sont pas visibles  extérieurement  d’où la tentation pour certains ( y compris des médecins )de  le considérer comme un malade imaginaire ou , je l’ai déjà entendu comme un hystérique ; ajoutez à cela que de nombreux médecins , peut – être par manque d’information ou parce qu’il s’agit d’un trouble touchant majoritairement les femmes , ont tendance à traiter le problème par dessus la jambe  et à  s’en débarrasser par une pirouette : “ça se passe dans la tête “ ; or,  si l’influence des facteurs psychologiques ne peut être niée  les symptômes physiques sont bien réels et méritent qu’on s’y attarde .

Bref , le spasmophile ne se sent pas compris , écouté , pris au sérieux ; il est seul avec sa souffrance

  SPASMOPHILIE  :  COMMENT EN SORTIR   ?

A l’énoncé des symptômes ci- dessus , il est facile de comprendre à quel point la spasmophilie handicape lourdement ceux qui en sont atteints et peut affecter gravement leur vie personnelle , familiale et professionnelle   

Par ailleurs le problème ne doit pas être négligé si on ne veut pas risquer une diminution progressive des résistances qui permettrait  à d’autres maladies de venir se greffer sur le terrain préexistant  .Dans cette bataille le soutien de l’entourage est capital : le spasmophile a besoin de se sentir compris et épaulé et non méprisé ,rejeté ou considéré comme un faible ou un malade mental.

Mon opinion est qu’ on ne guérit jamais tout à fait de la spasmophilie  ; il restera toujours un fond de fragilité chronique, latente en dehors des périodes de crise proprement dite ; la récidive est toujours possible mais il est possible de  vivre avec la spasmophilie grâce à un travail au long cours sur le terrain pour renforcer ce dernier et limiter l’intensité des crises voire les espacer progressivement .

Si vous êtes spasmophiles , voilà les conseils que je vous donnerai  pour parvenir à ce résultat :

  • 1 er conseil : Ayez  la volonté de vous en sortir , prenez – vous  en mains , soyez bien conscient que vous êtes  seul à pouvoir vous  tirer d’affaire  et que personne ne pourra le faire à votre place  sans votre implication .
  • 2ème conseil : Apprenez à connaître et reconnaître les symptômes pour réagir immédiatement dès leurs premières manifestations et éviter d’aller jusqu’au déclenchement de la crise car il est alors beaucoup plus difficile de remonter la pente ; selon l’intensité de la crise cela peut demander parfois plusieurs semaines pour revenir à un état à peu près normal et surmonter l’état d’extrême fatigue ; à la première alerte , pensez magnésium ;
  • 3ème conseil : Prenez conscience de votre potentiel , de vos capacités , apprenez à avoir confiance en vous  , à assumer vos choix  et ne  cherchez pas  à tout prix à vous soumettre aux diktats imposés par les autres pour leur faire plaisir , pour être acceptés  .  
  • 4éme conseil : Adoptez un style de vie différent basé sur :

 

spasmophilie et aliments riches en magnesium

Pour lutter contre la spasmophilie , veillez à avoir une alimentation variée , équilibrée et riche en magnesium

 

                     -une alimentation équilibrée ( 55 % de glucides , 35 % de lipides et 15%de protides ) et  riche en calcium , magnésium, fer , vitamine C ;Pensez à un complément en magnésium ( à prendre sous  surveillance médicale )  ainsi qu’ à  des oligo-éléments (manganèse, cobalt, cuivre, zinc…)  à faibles doses. Accordez la plus grande attention à votre alimentation : il est indispensable de pallier vos carences éventuelles de façon à harmoniser le fonctionnement de vos différents organes et de favoriser les échanges cellulaires ; optez de préférence pour les aliments complets

                   – la suppression ou la diminution des excitants : café , alcools , tabac …

                    – une pratique régulière de l’exercice physique pour vous renforcer physiquement ; pour les moins résistants , la pratique de la gym douce , du chi gong , du taî chi rééquilibrera vos énergies et donnera de très bons résultats

                     – une discipline rigoureuse concernant le sommeil : couchez – vous à des heures régulières et respectez la durée  de sommeil correspondant à vos besoins

                    – la pratique de la relaxation pour apprendre à vous détendre et à maîtriser vos émotions et votre tension neuro-musculaire . Pensez au yoga , à la sophrologie ou à la massothérapie

  • 5ème conseil :ne cédez surtout pas  à la facilité que représente le recours aux anti – dépresseurs dont le seul résultat sera de vous enfoncer encore plus ; la lutte contre la spasmophilie suppose  un travail de lfond et de longue haleine ; elle se fait dans la durée, au quotidien et demande beaucoup de patience ..Privilégiez les solutions naturelles : homéopathie , orodiétologie , phytothérapie
  • .6ème conseil  : contrairement à ce que je lis ici ou là , un complément en magnésium procure un réel soulagement ; Privilégiez le recours à la forme homéopathique . Prenez l’avis de votre médecin seul habilité à vous prescrire le remède adapté à votre cas mais Magnesia Phosphorica 6 DH ( comprimés ) constitue un très bon traitement ; c’est en tout cas celui que je suis régulièrement depuis de longues années et je ne connais plus de crise depuis que je l’ai adopté

      CONCLUSION   

La spasmophilie n’est pas forcément une catastrophe ; on peut la maîtriser et mener une vie normale en prenant quelque précautions  .Par ailleurs , être spasmophile , c’est aussi une richesse ; les spasmophiles sont sensibles , intuitifs , créatifs ; ce n’est pas un hasard si on trouve de nombreux artistes dans leurs rangs . Prenez conscience de votre richesse ; apprenez simplement à canaliser votre sensibilité ; prenez du recul par rapport au monde dans lequel vous évoluez ;fixez – vous un idéal pour donner un sens à votre vie et soyez –y fidèle

Merci d’avoir lu cet article .

Vous l’avez aimé ? , pensez à le partager sur les principaux réseaux sociaux  ! D’avance merci !

Si vous souhaitez me donner votre avis , poser des questions ou faire des suggestions , laissez-moi un commentaire  ci- dessous  .

Crédit photo © Fotolia.com

Termes qui ont permis de trouver cet article:

  • comment soigner la spasmophilie
  • soigner la spasmophilie
  • spasmophilie symptomes physiques
  • spasmophilie symptomes permanents
  • spasmophilie traitement naturel
  • symptome spasmophilie permanente
  • spasmophilie et HOMEopathie
  • spasmophilie traitement efficace
  • Spasmophilie
  • guerir de la spasmophilie

Commentaires

  1. Bonjour Janine,

    Je ne connaissais pas cette «maladie».

    Les symptômes ressemblent à ceux de la fatigue chronique. Je me demande comment les professionnels de la santé font pour différencier les deux problèmes.

    De toute façon, ce n’est pas le corps médical qui va aider la personne. Comme tu le dis, la personne doit d’abord avoir la volonté de s’en sortir et changer ses habitudes de vie pour adopter un mode de vie sain.

    Je suis surprise de voir les proportions de glucides, lipides et protéines. Il me semble que le taux des lipides (35%) est élevé et celui des protéines (15%) un peu pas.

    Amicalement,

    Sco!

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonsoir Sco

      Moi je connais bien (!) et ça va bien au delà de la fatigue chronique ; les médecins ne s’y retrouvent pas la plupart du temps ; ils n’y comprennent rien ; quand tu leur en parles tu as la nette impression de leur casser les pieds ; ils préfèrent te prescrire un tranquillisant pour avoir la paix ; je m’en suis sortie grâce à mon père qui a pris le temps de faire des recherches , qui a bien cerné le problème et m’a fait une ordonnance « maison » ; si j’avais attendu une aide du corps médical , je ne sais pas du tout où je serais aujourd’hui !!

      Bien amicalement
      Janine

      • Bonjour. Je suis malade depuis 20 ans. Comme j’ai douleurs terribles (fourmillements brûlants dans les jambes et dans les mains ), on m’a dit que j’avais une sclérose en plaques !!! Mais, en vous lisant, je me reconnais à fond dans votre description et la personne qui m’aide pour presque tout est stupéfaite de la ressemblance avec moi ! Je n’ai que vous pour me conseiller car mon homéopathe est décédée depuis de nombreuses années. Je désire que VOUS ME COMMUNIQUIEZ VOTRE ORDONNANCE « MAISON » car, autour de moi, tout le monde est persuadé que j’ai une SEP et je ne sais plus quoi faire. C’est très, très difficile, alors merci d’avance de tout mon cœur. Sabine.

        • Janine CESAIRE a écrit:

          Bonjour
          Tout d’abord sep et spasmophilie , ce n’est pas du tout la même chose ; je vous conseillerai si ce n’est pas déjà fait de consulter un neurologue qui vous prescrira une IRM , le seul examen permettant de lever le doute sur l’existence de la SEP de façon incontestable
          Ensuite , si il n’y a pas de sep , vous souffrez peut -être de spasmophilie ; je veux bien vous renseigner sur ce que je prends comme traitement mais ce qui est bon pour moi , ne l’est pas forcément pour vous :

          personnellement je soigne à la fois le physique et le mental :
          – du magnesium en cures régulières et dès que les symptômes apparaissent
          – de la vitamine C tous les jours
          – du ginseng et de la Gelée Royale en cures plusieurs fois dans l’année
          – un complexe de vitamines ( il en existe de plusieurs marques ) en cures plusieurs fois dans l’année
          – je soigne mon alimentation : j’essaie de l’équilibrer au maximum
          – je soigne mon sommeil ; bien dormir est essentiel

          Concernant le mental , j’utilise beaucoup les plantes : passiflore , aubépine , valériane ,
          Je fais de la relaxation et de la gym douce
          J’ai essayé aussi l’acupuncture qui donne de bons résultats sur l’angoisse

          Voilà en gros : je crois que le secret est vraiment de se soigner à la fois sur les plans physique et mental

          Bien cordialement
          Janine

      • Bonjour. Je souffre de spasmophilie depuis 2 ans maintenant. J’ai rencontré au moins 5 psychologues qui n’ont rien su faire pour m’aider. Depuis 4 mois environ, je déprime. Je suis étudiant et je n’ai même plus envie de me lever le matin pour aller en cours alors que j’aime ça. Mes amis ne me comprennent pas, certains en sont même devenus méprisants. Lorsque je vais voir le docteur, il me prend pour un hypocondriaque. Je ne dors plus la nuit, et même si je dors je me réveille plus fatigué que la veille. Je pense sincèrement être au bout du bout. Je ne crois plus en rien, je deviens paranoïaque. Aidez-moi s’il vous plaît. J’en ai vraiment besoin.

        • Janine CESAIRE a écrit:

          Bonjour Rémi
          Je reconnais bien tous ces symptômes pour les avoir moi-même ressentis
          Si vous suivez tous les conseils que j’ai donné dans mon article , vous constaterez des améliorations avec le temps ; il faut beaucoup de patience pour venir à bout de la spasmophilie ; mais à mon avis , la clé , c’est un traitement au long cours de base au magnésium , le reste du dispositif venant simplement conforter celui-ci ; essayez ; vous verrez ; vous vous en sortirez

          Bon courage
          Janine

      • Sentubery a écrit:

        Peut tu meut donner ton ordonnance maison s’il te plaît ?

        • Janine CESAIRE a écrit:

          Bonjour
          Je n’ai pas d’ordonnance spéciale : tout ce que je peux dire sur la question est déjà dans mon article ; après chacun doit y puiser suivant son ressenti et sa situation personnelle
          Tous les conseils que je donne sont utiles : à toi de les tester pour trouver ceux qui te conviennent le plus
          Le principe à retenir est qu’il faut traiter à la fois le physique ( fatigue , faiblesse )et le mental ( émotivité )

          Cordialement
          Janine

  2. Bonjour Janine

    Merci pour cet article vraiment complet sur le problème de la spasmophilie car même si je connais le nom j’en ignorais complètement les symptômes et les causes.

    En revanche je sais que beaucoup de gens sont touchés et quand j’ai lu que beaucoup manquaient de confiance en eux j’ai tout de suite pensé : « et voilà encore une des conséquences nuisibles du manque d’estime de soi, et nous repartons toujours sur ça, je suis fermement en faveur d’un enseignement dès le primaire et dans nos écoles de la confiance en soi, cela devrait ÊTRE OBLIGATOIRE cela éviterait au moins 75 à 80% des maladies sur la planète (non non je n’exagère pas)

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Sylviane
      Je pense aussi qu’il faudrait prendre le problème à la source mais il faudra peut -être quelques générations pour y arriver !
      Amitiés
      Janine

  3. Voici une étude complète sur la spasmophilie avec des conclusions et des conseils forts utiles. Merci Janine, d’avoir fait un tour complet de ce grave problème de santé. Vos recommandations concernant l’équilibrage alimentaire seront bienvenues pour les malades. Nous vous lisons toujours avec attention et plaisir.

  4. Christian@Destresse-Marketing a écrit:

    salut Janine,

    No comment.
    Ca arrive aussi dans des situations post-traumatiques.
    C’est cyclique.
    Fatigue irrépressible avec tétanie.
    Impossible de résister.

    Bof.
    Comme je suis déjà dans mon divan, je regarde les feux de l’amour
    pour m’achever et je me repose.

    @+
    Christian.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Christian

      Oui , en pleine crise , il n’y a pas grand -chose d’autre à faire que de se reposer et de regarder la télé éventuellement parce qu’on ne peut plus rien capter d’important de toutes façons
      Amitiés
      Janine

  5. Bonjour Janine,
    Nous sommes spasmophiles de mères en filles dans la famille..et il a fallu attendre que je sache tout ce que je sais aujourd’hui pour qu’on ne tombe plus dans le panneau du « un morceau de sucre et ça repart »!
    On ne mange quasi pas de sucre, et on n’a plus aucun problème. Il y a aussi qu’on avait toutes des sensibilités alimentaires qui nous empêchaient d’absorber les nutriments et les minéraux essentiels à notre équilibre nerveux. Je crois que c’est vraiment la base, l’absorption. La toxicité, l’absorption, le sucre…ce dont aucun médecin ne parle jamais.
    Amitiés,
    Cécile

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonsoir Cécile
      Tu as raison ; les médecins du moins la plupart ) sont totalement à côté de la plaque sur ce sujet ; la consultation est expédiée en 2 minutes et tu en sors avec l’impression d’avoir été prise pour une folle ; comme tu le dis si bien , les solutions existent mais elles ne leur effleurent pas l’esprit ; je ne suis même pas sûre qu’ils aient manifesté un jour de l’intérêt pour ce problème
      Pauvres de nous !!!

      Amitiés
      Janine

  6. Bonjour Janine,
    Je connaissais juste le nom mais ignorait tout des symptômes et des manières de vivre avec.
    Encore une fois, on a la nette impression que les médecins n’y comprennent rien et sont incompétents.
    Merci de ton article sur le sujet qui pourra aider beaucoup de gens concernés.
    Amicalement.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Jean
      Le problème et surtout les solutions sont encore trop méconnues de la médecine traditionnelle et les traitements qu’elle propose le plus souvent ne font qu’atténuer les symptômes sans soigner le terrain ; il manque une certaine ouverture d’esprit !

      Amitiés
      Janine

  7. Bonjour Janine,

    Voilà un article particulièrement pertinent sur le sujet.
    Je ne suis pas spasmophile, mais j’en connais !
    Et tu décris parfaitement tout ce qui y est lié, et toutes les solutions.
    Le sujet est sérieux et difficile, le facteur psychologique toujours impliqué.

    Au cours de mes recherches sur le lien entre alimentation et santé, je trouve de plus en plus souvent des études scientifiques internationales récentes, dans divers pays, qui pointent le facteur inflammatoire.
    Tout problème psychologique a obligatoirement une empreinte inflammatoire au niveau du cerveau, sinon il n’y aurait aucune souffrance, comme pour les souffrances physiques.

    Ces chercheurs ont découvert l’implication obligatoire des aliments inflammatoires, essentiellement ceux qui contiennent du gluten et des produits laitiers. Les plus grands générateurs d’inflammation.
    Ils sont à la fois la cause et la solution, selon eux.
    Je sais que tu as déjà abordé ce sujet d’ailleurs.

    Ces chercheurs, qui souvent soignent aussi des patients dans leur clinique ou leur cabinet, se battent pour que l’information atteigne leurs confrères…!

    Amitiés.
    Marie.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Marie
      Merci pour ce commentaire
      Alors prions pour que les yeux des médecins s’ouvrent enfin et que des reconversions s’opèrent pour le plus grand bénéfice de leurs patients !

      Amitiés
      Janine

  8. Bonjour Janine,
    Je suis aussi une ex-spasmophile. Nombreuses crises dont une dans un avion… Et le souvenir de la honte du spectacle devant autant de monde dans un aussi petit habitacle…
    Par contre, je me demande si je suis si « ex » que cela, d’après les symptômes que tu décris. Je consomme beaucoup de magnésium alimentaire et je me supplémente également. Mais je n’ai jamais sérieusement envisagé la manière homéopathique. D’autant plus étonnant que je ne me soigne qu’à l’homéopathie…
    Donc, à essager. Et vite !
    Merci et à bientôt !

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonsoir Bernadette
      Merci pour ces commentaires
      L’homéopathie est la solution idéale : pour soigner l’émotivité déjà ( gelsemium 9ch et ignatia amara 9ch ) et pour l’apport en magnesium ( Magnesia phosphorica 6 DH . Elle donne de très bons résultats mais c’est aussi toute une hygiène de vie qu’il faut revoir

      Amitiés
      Janine

  9. Bonjour Janine,
    C’est la première fois que je lis un article complet sur la spasmophilie. Et j’ignorais tous les signes « invisibles » que tu décris. Pourtant, j’ai souffert de cette maladie pendant des années, mais je n’en connaissais que les crises. Epouvantables. Terrifiant, spectaculaire et très douloureux. Il m’est même arrivé d’en faire une dans un avion. Tu imagines le spectacle : étendue dans l’allée, appel micro de médecins à bord (j’ai eu droit à un anesthésiste et à une gynécologue ! très sympas en l’occurrence !), et voyage étendue sur les sièges arrières réservés aux hôtesses… Je ne te dis pas le spectacle !!! Je crois que c’est au sortir de ce vol que j’ai décidé de ne plus jamais faire de crise.
    Pari tenu… Evidemment, depuis, j’ai opéré tellement de changement à mon alimentation et ! à ma vie personnelle !!!
    Petit voyage au pays des mauvais souvenirs… Merci pour cet article très bien documenté qui apprendra à beaucoup ce que leurs médecins ne leur diront jamais.
    A bientôt !

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Bernadette
      Contrairement à toi , j’e n’ai connu que la forme chronique de la spasmophilie ; je n’ai jamais eu de crise aussi violente mais j’imagine sans peine la scène et le malaise que tu as pu ressentir
      Depuis très longtemps la spasmophilie est devenue une vieille connaissance ; j’ai appris à la reconnaître et à avoir les réactions adéquates dès qu’elle fait mine de pointer le bout de son nez

      Amitiés

      Janine

      • Bonjour Janine,
        Encore moi… Il me semblait bien avoir fait un commentaire, mais comme je ne le voyais pas, j’ai réitéré… Non, je ne perds pas la boule !
        Tu parles du magnesium, mais c’est en gemmothérapie, si je ne me trompe ? Ce sera donc encore plus difficile à trouver ici au Québec. Je vais chercher quand même.
        Merci encore et à bientôt !

        • Janine CESAIRE a écrit:

          Coucou Bernadette
          Non , il s’agit bien d’homéopathie demande en pharmacie Magnesia Phosphorica 6DH ( en boîte de 50 comprimés Laboratoires Boiron ) ;en général , en tout cas ici , les pharmacies n’en ont pas en stock mais elles peuvent les commander et tu les as très rapidement ( avec un jour de décalage en principe ) moi je prends trois comprimés tous les matins
          C’est à partir du moment où j’ai pris ce produit qu’un médecin avait recommandé à mon père que j’ai ressenti vraiment une amélioration ; jusque là j’avais eu des intraveineuses de magnesium ou du magnesium en ampoules mais ces traitements ne produisaient qu’un effet temporaire ( sans parler du fait qu’ils m’ont fait prendre 10 kgs que je n’ai plus jamais réussi à perdre !)
          Il semblerait que la spasmophilie résulte d’un défaut d’absorption de magnesium au niveau cellulaire ;
          L’avantage de l’homéopathie , c’est que le magnesium est directement absorbé par la cellule

          Je pense que tu ne devrais avoir aucun problème à te procurer ce produit

          Amitiés

          Janine

        • Coucou Bernadette,

          Pourtant je vois bien non pas un mais deux commentaires de toi avant celui-ci. 😉

          Si tu cherches de la gemmothérapie au Québec (je ne sais pas du tout ce que la gemmothérapie fait en particulier ou de plus que les autres produits), mais j’ai déjà acheté un de ces produits il y a plusieurs années que je ne n’ai pas consommé au complet puisque je l’ai encore… et il est périmé. C’était la marque Gemmo des laboratoires Unda en Belgique.

          Janine, ce serait peut-être une idée d’article de nous parler de gemmothérapie, à moins qu’il y en ait déjà un quelque part sur ton blog.

          Amicalement à vous deux,

          Sco! 😉

          • Janine CESAIRE a écrit:

            Bonjour Sco
            Excellente idée ! Je la retiens ; merci
            Amitiés
            Janine

          • Bonjour Sco! et bonjour Janine !
            J’ai fait ma petite enquête. Et je connais Unda et sa gemmothérapie que j’utilise pour le Ribes Nigrum…
            Merci pour le tuyau !!!
            Quant au magnesia phosphorica, on n’en trouve pas ici en Dh !!! mais j’ai compris et trouvé la solution : le 6 Dh équivant au 3 Ch ! Donc, il me reste à commander et essayer.
            Si ça résout mes problèmes récurrents d’insomnie, je t’offre, Janine, le champagne. Je le promets à la personne qui m’aidera à résoudre ce très méchant problème depuis des années. De nombreuses années !
            Merci beaucoup à toutes les deux. Je vous tiens au courant…

          • Janine CESAIRE a écrit:

            Bonjour Bernadette

            Je suis contente que tu aies trouvé une solution ; je souhaite qu’elle marche et que tu sois débarrassée pour de bon de ton problème

            Amitiés
            Janine

  10. Bonjour Janine,
    Je crois beaucoup aux causes émotionnelles de la
    spasmophilie . Elle est un symptôme évident de peurs
    non conscientes. moi je m’étais quand j’étais jeune
    même si ce n’était pas à un stade alarmant et je n’ai
    plus aucun symptôme.
    Je sais donc qu’avec un travail sur soi approprié, on peut
    réellement retrouver la santé.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Hannah
      C’est tout à fait exact ; les solutions médicamenteuses ne suffisent pas ; c’est le terrain dans son ensemble qui doit être traité
      Amicalement

      Janine

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Hannah
      C’est tout à fait exact ; les solutions médicamenteuses ne suffisent pas ; c’est le terrain dans son ensemble qu’il faut traiter
      Amicalement
      Janine

  11. Wow, that was rather fascinating. Inspiring, as effectively. Thanks for sharing this kind of inspiring encounter with us. Wonderful website, congrats!
    chaussure foot en salle http://maillotfoot.sotellc.com

  12. Hey – Très sympa ce blog ! Et juste comme ca en regardant rapidement d’autres sites, Vous semblez utiliser une plate-forme vraiment sympa . Je suis actuellement sous cmsmadesimple pour quelques-uns de mes sites, mais je cherche à changer l’un d’eux au cours pour une plate-forme similaire à la vôtre

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Merci pour votre commentaire ; je ne connais pas la plate – forme que vous citez mais je suis assez novice sur internet (!) ; ceci explique cela
      Cordialement
      Janine

  13. Patricia a écrit:

    Bonjour à tous

    Je viens vers vous car j’aimerai partager votre expérience de la spasmophilie. Je suis en plein dedans et je n’arrive pas à m’en sortir. Je ne sors plus de chez moi, suis en arrêt maladie, n’arrive plus à rien faire ni physiquement ni intellectuellement. Je suis allée deux fois aux urgences mais j’en suis ressortie sans solution. Je fais cinq à sept crises par jour, je suis extrêmement fatiguée et je pense que je vais tomber en dépression de me voir autant diminuée. Quelqu’un pourrait-il m’aider, sil vous plait ?

    Très cordialeement

    Patricia

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Je suis aussi spasmophile mais pas à ce point
      Que vous a t -on donné aux urgences ? Et votre médecin ?
      Pour l’instant , l’urgence c’est de vous remettre un minimum sur pied ; en général il n’y a pas cinquante solutions :il faut beaucoup de repos , du calme , un sommeil de bonne qualité mais ce n’est pas suffisant moi dans ce cas , j’avais droit à des intraveineuses de magnésium ( minimum 15 jours ) ; ensuite , une fois que vous irez un peu mieux , il faudra entreprendre un traitement de fond : vitamine C pour renforcer votre résistance physique , homéopathie pour dominer votre émotivité , alimentation à surveiller , continuer l’homéopathie
      Dans mon article je donne quelques conseils ; voyez aussi les commentaires sous l’article
      Et puis je ne sais pas comment vous vivez mais si vous le pouvez , il ne faut pas rester seule , vous n’êtes pas en état de faire face seule à vos besoins ; vous ne pouvez faire aucun effort physique ou intellectuel . essayez de vous faire aider par quelqu’un de votre famille ou des voisins
      Essayez de respirer profondément dans un sac( en plastic ou papier ) en cas d’angoisse très forte ; vous serez moins oppressée et vous sentirez soulagée ; je suppose qu’on a dû vous expliquer tout cela ?
      Soyez patiente , en sortir demande beaucoup de temps
      Bien amicalement
      Janine

  14. ratelnaique a écrit:

    Bonjour , j’ai tout lu , vous donnez de bon conseils , j’en ais essayé beaucoup , sans le moindre résultats , franchement , je n’y crois plus , je peu en tout cas vous parlé d’une chose en particulier , vous l’avez peut étre vécue : La psychothérapie , je suis tombais sur des psychologues nuls , qui ne comprenaient rien a notre maladie , ne le faite pas ça ne sert a rien

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Surmonter la spasmophilie demande beaucoup de temps ; l’objectif est d’arriver à vivre normalement malgré cette maladie ; elle est toujours sous – jacente , il faut juste arriver à la reconnaître et à la maîtriser
      Ce que vous me dites des psychologues ne m’étonne pas du tout puisque la plupart des gens ne comprennent pas cette maladie ; suivez les conseils que j’ai donnés ; avec le temps vous arriverez forcément à un résultat

      Bon courage
      Janine

  15. merci pour ces conseils. Cependant je pense qu’en général, les personnes qui font face à la spasmophilie, ont du mal à trouver la volonté de changer par eux-mêmes. C’est pour cela que je pense que le soutien d’un groupe, apporte un réconfort primordial.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Je suis d’accord ; il est très difficile de s’en sortir sans le soutien d’un groupe ou de la famille ; il est important de se sentir entouré de personnes qui comprennent la souffrance que l’on ressent ; c’es tun coup de pouce essentiel pour que l’on ait la force de réagir
      Bien amicalement
      Janine

  16. Bonjour Janine,
    Je crois beaucoup aux causes émotionnelles de la
    spasmophilie . Elle est un symptôme évident de peurs
    non conscientes.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonsoir
      Oui c’est tout à fait ça et c’est ce qui explique pourquoi elle est aussi difficile à comprendre et à soigner

      Bien cordialement
      Janine

  17. Florence a écrit:

    Bonsoir,
    Moi aussi je connais bien. Je suis spasmophile depuis maintenant une vingtaine d’années … Je ne fais pas de crises mais je connais ces états de mal être qui interviennent toujours après des frayeurs que je me fais toute seule : j’imagine toujours le pire à chaque examen médical !! Limite hypocondriaque !! J’ai fait une séance d’acupuncture mardi, et j’y retourne lundi. Je prends aussi de l’homéopathie .. Mon généraliste m’a prescrit des anxiolytiques et des anti-dépresseurs mais je ne souhaite pas prendre ce genre de traitement. En plus je suis en pleine préménopause, je pense que les hormones y sont aussi pour beaucoup en ce moment. Ne croyez-vous pas ?

  18. ratelnaique a écrit:

    Bonjour , le problème avec cette maladie , ces que justement , on ne sait jamais , si c’est vraiment ça , ou autre chose , je suis toujours a la recherche, de mon mal véritable , il y a tellement de maladies qui y ressemble

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Vous avez raison mais il existe des examens prescrits par un médecin qui permettent d’écarter certaines autres hypothèses , s’il veut bien ne pas se contenter de la solution de facilité qui consiste à dire  » c’est dans la tête  » et à prescrire des anxiolytiques et antidépresseurs
      Si vous souffrez réellement de spasmophilie , les quelques modestes conseils que je donne devraient tout de même vous soulager
      Bon courage
      Bien cordialement
      Janine
      Bien cordialement

  19. Laurent a écrit:

    Bonsoir,

    Plus le temps passe, plus je me dis que les différents symptômes physiques (spasmes visuels, contracture musculaire permanente sur le côté droit du visage + céphalées, frilosité extrême, épisodes anxieux ou confusionnels, perte d’appétit, sommeil nerveux, difficulté occasionnelle à déglutir ou à respirer, moments d’épuisement où le mieux semble bien de rester chez soi à regarder la TV en attendant que ‘ça passe’) qui gâchent franchement ma vie depuis 2 ans et que personne n’arrive à traiter correspondent à la spasmophilie.

    Je suis un jeune homme de 35 ans. Un beau jour de février 2012, après une bonne nuit (en apparence) et alors que tout semblait aller à peu près dans ma vie, je me suis réveillé de manière inattendue avec des spasmes visuels très forts à l’œil droit, qui ont duré 6 mois de manière paroxystique, puis ont légèrement décru, pour s’installer et revenir de manière régulière, sans que je puisse leur associer aucun facteur déclenchant particulier.

    Depuis, me sentant incapable de mener à bien mes missions dans un contexte déjà stressant, j’ai quitté mon travail et choisi de changer de vie en quittant Paris pour la province. La vie n’est pas franchement meilleure, mais au moins, j’ai le réconfort de ne pas devoir pointer au travail les jours où ça ne va pas.

    Après avoir consulté ophtalmos, neurologue, ORL, dentiste, ostéopathe, acupuncteur ; été soumis à scanner, IRM et bilan sanguin, déversé euros et dépensé de l’énergie dans ts ces examens inutiles, mon ostéopathe actuel me suggère une ‘hyperémotivité’ ou un ‘choc émotionnel passé’ qui retentirait sur l’ensemble de mon système neuromusculaire. J’ai beau me donner l’illusion d’être optimiste et de vouloir penser positif, je ne peux pas nier que mon naturel est en réalité + dépressif: manque de confiance, timidité, peurs irraisonnées, cynisme. J’ai enfoui mes inquiétudes comme j’ai pu jusqu’ici, pour ne pas inquiéter mes proches, pour donner le change dans un milieu pro ultra-compétitif atteint du virus de la branchitude, pour me convaincre que tout allait bien et que j’étais jeune et beau;

    Mais apparemment mon corps a réagi comme une cocotte-minute. Au bout du compte, un beau jour (ou cette nuit dé février 2012), tout ce beau système de dissimulation s’est déréglé. On m’a déjà parlé de ‘mécanisme de décompensation’. Avant bien dissimulée sous un tapis moelleux, l’angoisse s’est répandue partout, insinuée et amplifiée, nourrie au fur et à mesure que mes nouveaux symptômes inexpliqués et criants s’enracinaient.

    Personne ne m’a jamais dit ‘spasmo’. Il est vrai que les médecins, tous débordés ou blasés, semblent tous se désintéresser des gens qui semblent se plaindre sans raison anatomique apparente. Et même moi, je me demande des fois si c’est une vraie maladie et pas simplement un syndrome hypocondriaque. Après tout, tant de gens sont fatigués et n’en font pas tout un plat. Est-ce que je devrais vraiment me plaindre? J’ai décidé que oui, et que tant que je n’aurai pas retrouvé un semblant d’énergie et de sérénité véritables par un traitement qui me conviendra, je mettrai ma vie active entre parenthèses.

    Avec cet article, je suis content et soulagé de constater que des solutions semblent exister au-delà des prises de Magne B6 (que je prends de manière permanente sans effet notable) et d’une alimentation saine (qu’il me semble déjà avoir). Ce qu’il me faut, c’est arriver à rentrer à nouveau dans un cercle vertueux: trouver un traitement qui me soulage, me stabilise, me rassure sur mes capacités à me maîtriser un peu à nouveau, m’aide à faire de nouveaux projets et me construire une vie potable.

    L’été arrive, je vas consulter un homéopathe, je vais me remettre à nager: j’ai une fenêtre de quelques mois pendant laquelle je peux me redonner de l’air. Je reste optimiste, mais différemment d’avant.

    Merci pour cette page, courage à toutes celles et toux ceux qui en chient à longueur de temps. Tout ça parce qu’on a des nerfs à fleur de peau, qu’on ressent trop les choses, qu’on a un cœur-éponge? On est vraiment mal récompensés de tant de sensibilité, la vie est injuste.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Excusez le retard avec lequel je vous réponds : je dois encore le confesser , j’ai un problème de gestion du temps
      Votre commentaire m’a beaucoup touchée car il exprime parfaitement la souffrance que peut ressentir un spasmophile
      Le diagnostic de votre ostéopathe est probablement exact : pour moi la spasmophilie est la conséquence d’une sensibilité exacerbée
      Je suis d’accord avec vous : c’est parfaitement injuste ; il ne reste plus qu’à lutter pour dominer cette émotivité et pouvoir ainsi faire face aux réalités de la vie quotidienne qui ne fait pas de cadeau à ceux qui sont fragiles ;mais il existe des moyens de travailler là – dessus et de trouver un équilibre ; dites -vous que la sensibilité et l’émotivité ne sont pas des handicaps mais sont au contraire des aspects de notre personnalité qui s’ils sont bien utilisés peuvent nous aider à sortir du lot ; il faut trouver un moyen de les exprimer
      Vous me paraissez vouloir vous en sortir ; je suis persuadée que vous réussirez
      Bien amicalement
      Janine

  20. Laurent a écrit:

    Bonsoir,

    Plus le temps passe, plus je me dis que les différents symptômes physiques (spasmes visuels, contracture musculaire permanente sur le côté droit du visage + céphalées, frilosité extrême, épisodes anxieux ou confusionnels, perte d’appétit, sommeil nerveux, difficulté occasionnelle à déglutir ou à respirer, moments d’épuisement où le mieux semble bien de rester chez soi à regarder la TV en attendant que ‘ça passe’) qui gâchent franchement ma vie depuis 2 ans et que personne n’arrive à traiter correspondent à la spasmophilie.

    Je suis un jeune homme de 35 ans. Un beau jour de février 2012, après une bonne nuit (en apparence) et alors que tout semblait aller à peu près dans ma vie, je me suis réveillé de manière inattendue avec des spasmes visuels très forts à l’œil droit, qui ont duré 6 mois de manière paroxystique, puis ont légèrement décru, pour s’installer et revenir de manière régulière, sans que je puisse leur associer aucun facteur déclenchant particulier.

    Depuis, me sentant incapable de mener à bien mes missions dans un contexte déjà stressant, j’ai quitté mon travail et choisi de changer de vie en quittant Paris pour la province. La vie n’est pas franchement meilleure, mais au moins, j’ai le réconfort de ne pas devoir pointer au travail les jours où ça ne va pas.

    Après avoir consulté ophtalmos, neurologue, ORL, dentiste, ostéopathe, acupuncteur ; été soumis à scanner, IRM et bilan sanguin, déversé euros et dépensé de l’énergie dans ts ces examens inutiles, mon ostéopathe actuel me suggère une ‘hyperémotivité’ ou un ‘choc émotionnel passé’ qui retentirait sur l’ensemble de mon système neuromusculaire. J’ai beau me donner l’illusion d’être optimiste et de vouloir penser positif, je ne peux pas nier que mon naturel est en réalité + dépressif: manque de confiance, timidité, peurs irraisonnées, cynisme. J’ai enfoui mes inquiétudes comme j’ai pu jusqu’ici, pour ne pas inquiéter mes proches, pour donner le change dans un milieu pro ultra-compétitif atteint du virus de la branchitude, pour me convaincre que tout allait bien et que j’étais jeune et beau;

    Mais apparemment mon corps a réagi comme une cocotte-minute. Au bout du compte, un beau jour (ou cette nuit dé février 2012), tout ce beau système de dissimulation s’est déréglé. On m’a déjà parlé de ‘mécanisme de décompensation’. Avant bien dissimulée sous un tapis moelleux, l’angoisse s’est répandue partout, insinuée et amplifiée, nourrie au fur et à mesure que mes nouveaux symptômes inexpliqués et criants s’enracinaient.

    Personne ne m’a jamais dit ‘spasmo’. Il est vrai que les médecins, tous débordés ou blasés, semblent tous se désintéresser des gens qui semblent se plaindre sans raison anatomique apparente. Et même moi, je me demande des fois si c’est une vraie maladie et pas simplement un syndrome hypocondriaque. Après tout, tant de gens sont fatigués et n’en font pas tout un plat. Est-ce que je devrais vraiment me plaindre? J’ai décidé que oui, et que tant que je n’aurai pas retrouvé un semblant d’énergie et de sérénité véritables par un traitement qui me conviendra, je mettrai ma vie active entre parenthèses.

    Avec cet article, je suis content et soulagé de constater que des solutions semblent exister au-delà des prises de Magne B6 (que je prends de manière permanente sans effet notable) et d’une alimentation saine (qu’il me semble déjà avoir). Ce qu’il me faut, c’est arriver à rentrer à nouveau dans un cercle vertueux: trouver un traitement qui me soulage, me stabilise, me rassure sur mes capacités à me maîtriser un peu à nouveau, m’aide à faire de nouveaux projets et me construire une vie potable.

    L’été arrive, je vais consulter un homéopathe, je vais me remettre à nager: j’ai une fenêtre de quelques mois pendant laquelle je peux me redonner de l’air. Je reste optimiste, mais différemment d’avant.

    Merci pour cette page, courage à toutes celles et toux ceux qui en chient à longueur de temps. Tout ça parce qu’on a des nerfs à fleur de peau, qu’on ressent trop les choses, qu’on a un cœur-éponge? On est vraiment mal récompensés de tant de sensibilité, la vie est injuste.

  21. Bonjour,

    Je viens de lire vos commentaires. Moi, j’ai découvert une super nutrition qui m’a vraiment aidée dans mon quotidien, ce ne sont que des produits naturels qui consolident l’organisme dans son ensemble. Plus besoin de coupler différents vitamines ou autres, et petit à petit, vous verrez la prise de médicaments diminuer jusqu’à même l’arrêter. Ces nutriments rétablissent votre corps en profondeur. Si vous voulez en savoir plus, contactez-moi et je vous appelerai pour vous en dire plus. Bon courage.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Merci pour cette information mais peut -être pourriez- vous me donner des précisions sur mon adresse e-mail pour que le maximum de personnes puisse en profiter ?
      Bien cordialement
      Janine

    • Ariane77 a écrit:

      Bonjour ,

      J’ai lu l’articles , et les commentaires sur ce blog , et je trouve que c’est très bien que les personnes ayant ce problème de spasmo ,ou qui l’ont guéri puissent s’exprimer et parler de leur traitement , ou comment elles s’en sont sorties ! Personnellement j’ai ce souci depuis des années, j’ai consulté nombre de médecins , homéo , thérapeuthes , je ne fais pas de crises a proprement parler , plus maintenant , mais j’en ai eu, il y a de nombreuses années , par contre suis toujours une hypersensible , et si j’ai un gros , stress , trop de fatigue, les angoisses reviennent , la fatigue , la déprime !
      Très dur à vivre ! Et l’entourage qui pense que vous êtes une depressive , les toubibs aussi , et on vous donne antidepresseurs dont vous ne pouvez plus vous passer !
      J’ai essayé plusieurs fois d’arrêter , et rechutes !
      Je pense qu’à la base et ça m’a été confirmé , il y a eu un choc , affectif ou autre , parcque personnellement je n’ai pas toujours été spasmophile , ou depressive !
      Le truc c’est comment remonter au choc initial et le guérir ? Par l’hypnose ?
      Je veux bien des infos sur cette super nutrition , ou les compléments alimentaires que vous utilisez.
      Je suis un traitement homéopathique , une cure , et pour infos le magnetisme peut aussi aider , ainsi que l’acupuncture traditionnelle !
      Merci à vous tous qui témoignez ici, et à vous Janine qui suivez ce blog !

      Cordialement ,

      Patricia

  22. Bonjour Janine,
    En quelques mots mon histoire remonte à 2 ans suite à un malaise vagal.
    De ce malaise en a suivi 2 mois de grosse fatigue, puis plus tard diagnostic d’une dépression donc traitement antidépresseurs et suivi avec psychologue.
    Je continu toujours la thérapie mais cela fait 2 mois que j’ai arrêté les antidépresseurs.
    Durant la durée de mon traitement j’ai toujours eue ces symptômes (vertiges, palpitations, maux de tête, faiblesses dans les jambes, avoir froid en permanence…..)
    Cela fait environ 1 semaine que les symptômes s’amplifient et deviennent handicapant pour mon travail!
    Le doc (que j’ai vu ce matin) m’a dit que c’était de la spasmophilie! Il m’a prescrit du magnésium et je fais quand même un bilan sanguin au cas ou!
    Bref cette annonce m’a un peu abattu car j’ai vraiment la sensation de m’en sortir psychologiquement et pleins de projets en cours dans ma vie de famille, et du coup je me demande si mon corps est capable de vivre normalement!
    Merci pour cette page. Elle redonne espoir et courage.
    Rien est perdu même si j’ai l’impression de me battre dans le vent.
    Bonne continuation à vous.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Bon courage à vous ; vous vous en sortirez sûrement avec du temps et de la patience ; c’est un traitement au long cours et je pense qu’il faut rester vigilant , en état d’alerte pour réagir à temps en cas de réapparition des symptômes pour éviter le retour à la crise car il est beaucoup plus difficile ensuite de remonter la pente si on laisse la crise s’installer

      Bien cordialement

  23. Bonjour
    Pourriez vous m’indiquer le posologie pour l’utilisation de Magnesia Phosphorica 6DH s’il vous plait. En vous remerciant d’avance.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Personnellement mon médecin m’avait prescrit 3 comprimés le matin chaque jour

      Cordialement
      Janine

      • loncle a écrit:

        Bonjour

        je suis très intéressée par une solution efficace contre la SPASMOPHILIE
        mes crises sont de plus en plus fortes , je me vide complètement par le haut et par le bas
        ( excusez moi de l’ expression )
        , en me trainant jusqu’ aux toilettes , tellement j’ ai mal aux muscles de tout le corps !!
        pitié donnez moi une vraie solution
        je vais déjà suivre vos conseils d homéopathie
        Merci à vous.
        MERCI

        • Janine CESAIRE a écrit:

          Bonjour
          Si vous suivez les conseils contenus dans mon article je suis persuadée que vous obtiendrez une amélioration à condition de faire preuve de patience et de persévérance ; la spasmophilie peut être maîtrisée en appliquant un traitement d’ensemble ( cf mon article )et sur le long terme

          Bien amicalement
          Janine

  24. Je suis désolée, car je pensais avoir une alerte sur ma boite quand de nouveaux messages paraitraient : et non, ce n’est pas le cas. Janine, comment puis-je vous contacter sur votre boite mail ? Je veux bien parler un peu plus des nutriments que je prends, mais il est mieux de le faire en direct, j’ai même un PPT pour expliquer mieux ce que c’est, ce que cela peut apporter à chacun, dans quelle mesure… J’espère que vous aurez mon message malgré le temps que j’ai laissé passé ! je reviendrai vers ce site très prochainement. Bon courage en attendant.

  25. CLUZEL a écrit:

    Bonjour

    J’aurais étè intéressée par la methode de nutriments par Nam.J ai commencé ma spasmo après l accouchement de mon fils que je désirai tant ,je suis hyper sensible ,j ai fait de grosses crises il y a 20 ans je me suis soignée par homeopathie et acupuncture , je mange bio a la vapeur douce et sans laitage et du sport. Je ne fais plus de grosses crises de panique dés que je sens que je suis fatiguée je prends du dstress de chez Nutergia .Le problème c’est que j ai peur de partir loin toute seule .Mon toubib me dit que j’ ai eu un grand manque d amour par ma mère et que je garderai toujours ce problème .Je vais essayer ton magnésuim , il faut le prendre en cure?
    Merci beaucoup .Cordialement.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Oui il faut le prendre dans la durée ; personnellement j’en prends en continu
      Bon courage
      Bien cordialement

      Janine

  26. Les infos présentées sont pertinentes et intéressantes. Cet article est pas mal du tout, cela permet d’y voir un peu plus clair car le sujet est finalement moins évident qu’il n’y parait.
    Valentin Pringuay / Presse-citron.net

  27. Bilyamine a écrit:

    Bonjour a tous,
    Je suis un homme nigérien âgé de 36 ans. Quand j’ai lu cet article et les commentaires qui s’en suivent, j’ai tout de suite concerné par tous les symptômes cités. J’avoue que j’ai souffert pendant une bonne vingtaine d’années de cette maladie. J’en souffre aussi présentement. Tout ce qui a été dit est correct, la base de cette maladie est vraiment l’émotion. Je pense que j’ai été premièrement a cause de ma timidité et ensuite par une crainte d’échec a chaque épreuve de la vie. Par exemple, a l’école j’ai peur d’avoir de mauvaises notes ou d’échouer a un examen et ceci m’a suivi jusqu’à l’université. Et au travail aussi, j’ai peur soit de m’exprimer pour me faire le reproche que j’ai mal parlé ou des simples reproche lié au job. Et en public, pendant les réunions même j’ai envie de parler j’ai peur pour peur que l’on me dit untel ne sait parlé.
    Tout mon souci est d’avoir une confiance en soi, ne pas être trop émotionnel car parfois étant trop émotionnel je perd le contrôle de la parole même.
    SVP je compte sur vos conseils a travers ce forum de me venir en aide a être équilibrer dans tout ce que je fais. Ceci est entrain de me suivre partout sur tous les plans.
    Merci.

    • Bonjour CLUZEL,

      Si vous voulez, vous pouvez vous connecter sur la salle de conférence téléphonique, au numéro suivant 01 70 74 30 70 code : 63 29 62 #, demain soir à 21h, je peux vous faire une présentation de cette nutrition. Si ça ne vous va pas, donnez-moi vos disponibilités. Merci de me dire, quoiqu’il en soit, si vous comptez ou pas écouter demain soir.
      Bon après-midi.

      PS : toutes les personnes intéressées peuvent aussi se connecter, mais il faut auparavant me prévenir, car j’annule si il n’y a personne ! (vous pouvez aussi m’envoyer un texto au 06 01 85 60 54 pour vous « inscrire »).

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      C’est vraiment dommage d’être ainsi affecté par cette maladie qui , si j’ai bien compris, vous pourrit complètement la vie
      C’est vrai qu’à la base on trouve toujours une émotivité excessive ; c’est vraiment la- dessus qu’il faut travailler pour s’en sortir en utilisant des techniques comme la relaxation , ou des médecines douces qui soignent le terrain et sur le long terme comme par exemple l’homéopathie ; essayez aussi les Fleurs de Bach ….
      Bon courage
      Bien cordialement
      Janine

  28. Bonjour,

    Je ne comprends pas, j’ai l’impression que mon commentaire datant du 8 avril n’a toujours pas été validé. Pourriez-vous m’en donner la raison ?
    Merci.
    Cordialement.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Vous avez raison : je tiens à m’excuser j’ai beaucoup de retard dans le traitement des commentaires mais je vais au moins approuver le vôtre aussitôt

      Cordialement
      Janine

      • Louise a écrit:

        Bonjour à tous !
        Un MSG d’espoir pour tous les spasmophiles : oui on peut avoir cette maladie et mener une vie normale…et même une vie pas très normale comme la mienne!
        Je suis hôtesse de l’air sur long courrier, il y a mieux en terme de vie équilibrée !
        Mes crises ont commencées à l’âge de 1 an ! Spasmes du sanglot puis de façon épisodique à l’adolescence et chroniques à partir de 17 ans. Ma chance, et je le prend comme tel est que je n’ai été diagnostiquée réellement qu’à partir de 27 ans ! Je me demande encore comment j’ai pu vivre avec ces crises et spasmes : on m’a tellement répété que ce n’était que de l’angoisse que, bien que pas convaincue, j’ai fini par vivre avec limite à accepter que je mourrais avec et résignée à ne jamais savoir ce qui m’arrive.
        27 ans suite à une crise particulièrement aiguë avec épisode anxieux et confusionnel dont j’ai mis près de 4 mois à le remettre vraiment, le diagnostique est enfin posé ( ce pauvre médecin : j’en ai pleuré trente minutes dans son cabinet ! Enfin l’explication à ce malaise profond dont j’ai réussi à avoir honte et refouler au plus profond de moi même ). Oui sauf que je suis déjà hôtesse de l’air et amoureuse de mon métier : pas question d’en changer !
        Je fais 2h de yoga tous les matins ou que je sois dans le monde et cela m’a beaucoup aidé à me mettre à l’écoute de mon corps et à accueillir mes émotions sans les refouler. Concernant les traitements je prends du magnésium tous les jours en effet, et environs tous les trois mois du calcium sur 3 semaines. Deux à trois cures par an de vitamines ( j’aime beaucoup le bion énergie continue perso). Du L72 et tranquital pour la nervosité quand je la vois arriver. Tout cela vraiment au feeling et sans me prendre la tête. Les pharmaciens sont nos amis !
        Concernant l’alimentation, je fais des efforts mais ce n’est pas toujours évident avec mes escales alors je ne focalise pas trop dessus.
        Le tout est vraiment d’accepter cette maladie et de l’accueillir comme une richesse c’est tellement vrai et ne pas chercher à la nier pour être « comme tout le monde » : je ne suis pas comme tout le monde et j’en suis ravie et je le dis haut et fort !
        Une activité artistique ( pour moi danse indienne) est aussi formidable pour exprimer notre sensibilité.
        En résumé, je recommande bien sur des compléments en magnésium essentiels mais aussi et surtout beaucoup beaucoup d’amour et bienveillance envers nous mêmes ( personne ne le fera vraiment à notre place c’est la leçon de cette mal-a-dit). Écouter son corps et le chérir et laisser venir ses émotions qui sont notre richesse pour en faire du beau.
        Bon courage à tous les spasmophilies ne baissez jamais les bras et ne comptez sur personnes d’autres que vous mêmes pour vous en sortir. Seul un spasmophile peut en comprendre un autre ! Écoutez votre intuition : votre corps sait parfaitement ce qui est bon pour lui…bien à vous !

        • Janine CESAIRE a écrit:

          Bonjour Louise
          Votre témoignage me touche beaucoup ; je suis moi-même une spasmophile (cette maladie est toujours tapie dans l’ombre et il faut la combattre au quotidien )J’adhère à 100 % à ce que vous dites et je trouve que vous nous donnez une leçon admirable et que vous êtes un bel exemple de courage et de combativité pour toutes les personnes souffrant de cette maladie
          Oui , on peut vivre avec la spasmophilie
          Bravo pour votre combativité !

          Bien cordialement
          Janine

  29. daniel a écrit:

    Bonjour,

    Je prends en ce moment un peu d’anxiolytique ( lexomil 3 quarts d’une barrette par jour ) …cela ne me fait pas grand chose mais suffisamment pour ne pas pouvoir m’en passer. Je me juge émotif et très anxieux, cela ne date pas d’hier. Ereinté au travail, j’ai fini par chuter et cogner ma tête légèrement sur une surface dure ; j’ai cru que mon heure était arrivée et fuis chez moi dans un état de choc émotionnel intense, voilà déjà quatre ans. Le we passé, seul dans un état de panique et redoutant le pire, mon médecin me voit dépressif, surmené ; afin de me rassurer, il prescrit un scanner dont le résultat ne donne aucune « anomalie ». Et pourtant depuis ce jour je ne me relèverais plus. Je me suis contenté de prendre un peu d’anxiolytique puisque l’AD me rendait plus malade . A l’époque j’avais encore beaucoup d’énergie et vu en le sport mon salut. Il est vrai qu’après 4 mois de vélo je commençais à me sentir mieux, la preuve, je ne prenais plus de médicaments même si me sentant encore fragile. La santé de mes parents et le stress au travail auront rapidement balayé ces qqs jours de « rémission » pour laisser place un stress permanent, un système nerveux en veille permanente, migraines, fourmillements autours des lèvres, fatigue quasi permanente, anxiété, panique, trouble du sommeil….etc. J’ai essayé de refaire un peu de sport pour y revenir mais l’épuisement était au rendez-vous, les ressources n’étaient plus là. J’ai donc perdu mon emploi, essayé un autre Ad qui me rend malade puis arrêté, pris un peu d’anxiolytique et tenté d’être « dynamique » en m’inscrivant à une session de formation ; que j’ai pu suivre, bon an mal an ( avec le secours des anxiolytiques même à très faibles doses ). Sur les deux dernières années, l’intensité de l’excitabilité a baissé certes, mais c’est comme si j’arrivais à l’épuisement. La fatigue est toujours là et il m’est quasi impossible de supporter un qqc stress…; J’ai vu un autre psy donc un autre AD pour finir avec des crises de paniques au bout d’un mois de traitement. Vu un neurologue qui me dit souffrir d’une névrose d’angoisse…………. Aujourd’hui, je n’ai plus de vie, quelques fois moins fourbu que d’autre, il m’arrive encore de sortir pour me balader. J’ai à peu près tout essayé sans résultats notables mais une chose dont je suis sûr c’est qu’à chaque fois que je consomme des produits laitiers, il me faut trois jours pour m’en remettre. Pourtant il faudra rester positif et lutter contre un démon qui refuse de se dévoiler. Bon courage à toutes et à tous tant je connais les souffrances endurées.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Il faut absolument vous ressaisir et arriver à vous passer des AD et autres anxiolytiques
      Il existe d’autres méthodes et comme je l’ai expliqué dans mon article , il faut recourir à un traitement d’ensemble

      Bon courage
      Bien cordialement

      Janine

  30. klukasik a écrit:

    Bonjour
    je suis tombée par hasard sur ce site en faisant des recherches sur la spasmophilie. Il me semble que mes symptômes ont commencé suite à un traumatisque vécu il y a 3 ans. Depuis, émotionnellement, c’est le calvaire. Je me gave de témesta à la moindre approche d’une crise. Et je me déteste de le faire car je n’aime pas prendre de tels médicaments. Je sais aussi que j’ai une alimentation très peu équilibrée et mon but aujourd’hui est de reéquilibrer mon alimentation. Je ressens le besoin de me mettre à prendre du magnésium. Mais peut-on prendre trop de magnésium ? Je ressens tellement les choses dans mon plexus solaire dès que mon équilibre émotionnel est mis à mal. Est-ce que il suffit de prendre du magnésium naturel trouvé dans l’alimentation ou bien faut-il prendre aussi des compléments trouvés en pharmacie ? Il est urgent que je trouve une solution à ce problème car là la vie devient de plus en plus difficile. Je viens de commencer il y a 3 mois un super nouveau job et pour rien au monde je ne voudrais gâcher mes chances d’y arriver… Tout ce que je cherche c’est un vie près des eaux paisibles.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Surtout , renoncez au Temesta et aux anti -dépresseurs en général ; la solution n’est pas là
      Du magnésium , oui mais l’alimentation ne suffit pas ; il faut des compléments et dans la durée ; le mieux est de se tourner vers la forme homéopathique pour éviter tout excédent
      Par ailleurs , le magnésium à lui seul ne suffira pas : pour maîtriser la spasmophilie , il faut se battre sur tous les fronts ; je vous invite à appliquer les suggestions contenues dans mon article
      Lisez aussi le commentaire de Louise : il est instructif et édifiant
      Avec de la volonté et de la persévérance , vous dominerez la spasmophilie

      Bien cordialement
      Janine

  31. Bonjour !!

    Depuis deux ans je souffre de crises d’angoisses ou de spasmophilie (à vrai dire je sais pas trop puisque les médecins ne sont pas d’accord à ce niveau là, et que les symptômes se ressemblent).

    J’ai vécu une grande période difficile pour moi qui a fait ressortir des émotions négatives et qui m’ont beaucoup dépassées (études faite à contre coeur, quitter le domicile pour me retrouver loin de ma famille mes amis et mon copain) je pensais que mon problème venait de là mais non. Apparement cela viens de beaucoup plus loin et d’un traumatisme vécu durant l’enfance.

    La PNL (programmation neuro linguistique), le psychologue et un investissement personnel m’aident beaucoup.

    La PNL m’a appris à m’écouter, écouter mon corps et à trouver des solutions sur le long terme. Depuis que j’applique ces solutions (tres simple : reprise du sport, se reposer..:…) je sent une amélioration. Je fais toujours quelques crises mais elles sont plus espacées.

    La psychologue m’aide également beaucoup, à me questionner et à réfléchir pourquoi je fais ces crises et comment m’en sortir. Les résultats sont plus long à arriver qu’en PNL mais Ca m’aide beaucoup tout de même. Ca m’aide à relativiser mes crises, prendre le temps de me concentrer sur moi et m’aide à trouver des solutions. C’est important de parler de ce que nous vivons Ca nous aide aussi à avancer. Pour trouver le bon psy c’est un peu plus compliquer, j’en ai vu 4 avant de tomber sur la bonne.

    En cas de grosse crise incontrôlable je prend 1/4 de lexomil, chose qui arrive de plus en plus rarement.

    Sinon le magnésium me fait beaucoup de bien, depuis que je prend du temps pour me reposer les crises sont moins fortes.

    Il y a aussi un facteur émotionnel je pense mais pas uniquement lié à des émotions négatives. Il m’arrive de faire des crises car je suis trop contente et l’émotion est trop grande à supporter pour moi. Je pense que le plus gros travail à faire est d’accepter que l’on a des émotions et d’apprendre à les accueillir ! Ca je n’y parviens pas toujours. Mais j’ai remarquer un truc tout bête : pleurer quand on en a envie c’est diminuer considérablement de faire une crise à cause de cette émotion. Je ne sais pas si je suis claire.

    Toujours est il que la seule solution miracle selon moi est la prise de conscience et l’envie de se battre face à cela ! Même s’il m’arrive de prendre des anxiolytiques, car fatiguée de ces crises, je sais qu’avec le temps cela ce calmera grâce à un gros travail sur moi.

    Cependant l’alimentation je n’avais pas essayé encore et je pense que c’est une belle option à prendre en compte.

  32. Yannick a écrit:

    Bonjour, moi je fais régulièrement des crises de spasmophilie très aigues, ce n’est pas une fatigue chronique comme j’ai pu le lire, la différence est flagrante, comme indiqué dans le texte, le spasmophile fait des crises de tétanie, dans le mot spasmophile, il y a spasmes. C’est du au fait que l’oxygénation des muscles ne se fait pas comme il faut, soit par un manque de magnésium soit par une hyperventilation (du a un stresse important).

    Moi c’est les deux. Un jour j’ai fais une crise j’étais totalement paralysé, ça a commencé par une sensation de fourmillement dans les mains, puis j’ai très rapidement senti mes boyaux se tordre dans tous les sens, se contracté involontairement (spasmes) et ensuite des fourmillement au niveau de la nuque, après je ne pouvais même plus tenir debout j’avais des fourmillements dans les jambes, mais je ne sentais plus mes jambes, j’étais incapable de tenir debout, a chaque fois que je tentais de me relever ça accentuait les effets de fourmillement. Ce qui m’obligeait a rester coucher au sol, car avec les boyaux qui se tordaient je n’avais pas d’autre alternative que rester allongé au sol. Et puis ensuite c’est tout le corps qui se contracte et qui finit par se figer. et même une fois figé les muscles continuent de tenter de se contracter encore plus, toujours plus, même les muscles entre les côtes alors on suffoque parce que on perd en motricité au niveau du thorax. C’est une sensation des plus horribles, on a l’impression que l’on va mourir, j’avais tellement mal a l’estomac que j’en crachais ma salive. Comme si on m’avait foutu 4 coups de poings dedans.

    Les symptômes d’une crise de spasmo sont très proche d’un infarctus, la différence c’est que la crise de spasmo on en meurt pas, c’est comme ça que les médecins arrivent a différencier la crise de spasmo de l’infarctus. Si la crise se calme c’est que c’était de la spasmo, sinon c’est un infarctus.

    Après au quotidien je fais encore des crises mais beaucoup moins fortes, surtout que dès que je commence a etre un peu trop sédentaire mes crises se multiplient ce qui me force a souvent bouger.

    J’ai appris des techniques pour lutter contre ces crises, la technique du sac plastique, la prise de magnésium, d’anxiolytique et la technique du carré (inspirer pendant 4 secondes, retenir sa respiration pendant 4 secondes, expirer pendant 4 secondes, retenir sa respiration 4 secondes ainsi de suite).

    Ce qui n’est pas écrit dans l’article par contre c’est que l’anxiété et le stresse consomment énormément de magnésium alors si en plus on en manque ça crée un fort déficit (une accumulation) et donc parfois l’anxiété ou le stresse même si vous n’avez pas de problème de digestion particulière peuvent en être les seuls fautifs.

    En tout cas je souhaite bonne chance à ceux qui en souffrent et qui comme moi sont dans la solitude la plus profonde (pas de proche, ni d’amis). Je n’ai pas de mot pour décrire cette souffrance à sa juste valeur.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Merci pour ce témoignage ; je compatis
      c’est vrai que les crises de spasmophilie peuvent revêtir une violence extrême ;ce n’est pas la généralité mais même dans sa forme bénigne , même non poussée à son paroxysme ,la spasmophilie est très difficile à vivre et très incapacitante
      Bon courage
      Cordialement
      Janine

  33. Florence a écrit:

    Bonjour Janine

    Je connais bien cet état de mal être depuis une trentaine d’année maintenant ; j’aurai 50 ans cette année ! Depuis que je suis en préménopause (depuis environ 4 ans) les symptômes semblent s’amplifier d’autant plus que j’ai mes règles tous les 6/8 mois. Je suis énormément fatiguée depuis quelques jours, surtout le matin, avec l’impression d’avoir des poids aux bras et aux jambes, et j’ai des douleurs dans les articulations des doigts surtout aux pouces. Je prends du Calcibronat (cachets effervescents). Vous évoquez Magnesia Phophorica 6Dh, est-ce mieux que le Calcibronat ? J’ai supprimé aussi les laitages et le sucre car je suis gourmande, et le sucre appelle le sucre, avec comme conséquence un taux de triglycérides qui était un peu élevé. Je suis en sevrage de Séroplex (AD), dosage 5 mg un jour sur deux, pris à la suite d’une dépression due au chamboulement hormonal et au départ des enfants de la maison. Qu’il ne fait pas bon vieillir !!!

    Merci de vos précieux conseils.
    Bonne journée.
    Florence

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonsoir Florence
      Il semble bien que vous présentez de nombreux symptômes de la spasmophilie
      Magnesia Phosphorica 6 dh est un remède homéopathique ; on peut donc le prendre dans la durée sans risquer les mêmes effets secondaires qu’avec Calcibronat
      Bravo en tout cas pour l’abandon progressif de Séroplex ; je pense que les anti dépresseurs ne sont pas la solution
      bon courage
      Cordialement
      Janine

  34. Marie a écrit:

    Bonjour
    J’ai découvert ce lien grâce à un groupe de spasmophilie sur facebook. Moi j’ai su que j’ai la spasmophilie en novembre 2013 tout ce je peux dire et que c’est trop dure de vivre avec, en 1 moi j’ai eu 2 fois de crise de tétanie, tachycardie, crampes sévères et j’en passe, le plus dure c’est la grosse fatigue qu’on a juste 2 jours après la crise.
    Bref je tiens à vous remercier de votre article, merci de tout coeur et je tiens à souhaiter à nous les spasmophile d’avoir une vie toute belle sans spasmophilie. <3 <3 <3

  35. Amélien a écrit:

    Bonjour.

    Je suis spasmophile, je ne sais trop depuis combien de temps, à dire vrai je suis jeune, 23 ans, et j’ai probablement débuter ça durant la crise d’ado’, car je ne peut pas vraiment différencier facilement les éléments qui peuvent se lier…
    Bref, c’est un super article, merci beaucoup de l’avoir fait. Je sais que je suis spasmophile depuis seulement deux ans. Mon médecin se contentait de ruminer « Trop de temps sur la technologie, voilà tout! » Jusqu’au jour, ou en pleine nuit, je me suis retrouvé a composer n’importe quel numéro, car l’angoisse n’était pas « comme d’habitude », et que j’ai finalement trouvé place dans un lit d’hopital parce que j’étais bien parti pour m’étouffer dans ma propre salive, vu que j’étais paralysé de partout.

    Ca m’a bien foutu les ch’tons, et surtout ça a permis d’assurer ce que j’avais aux médecins. J’avais clairement déclenché tous les symptômes, à la limite, j’aurais ouvert l’encyclopédie et j’aurais pointé du doigt le truc que ca aurait été du pareil au même!

    Seulement voilà, même si ils sont sûrs désormais, le seul truc qu’ils ont été foutu de me prescrire, c’est des calmants à prendre « quand ca va mal ». Et s’en suit une nuit très longue et un état miteux durant une a deux semaines. Génial, quoi.

    J’ai donc moi même décrété que c’était pas la solution. J’ai appris à gérer mes crises et je suis parvenu une fois, une seule, à me calmer. Ca a changé ma vie. Je me suis dis « C’est gérable, si on se donne le pouvoir de le faire ». Mais je ne conseille pas aux gens de le faire si ils ne se sentent pas prêts. Je ne voudrais pas qu’un accident arrive non plus!

    Néanmoins, la créativité et le côté artistique de ma branche m’ont permis de me développer, toujours plus, et de sortir des ténèbres.
    Je poste ce commentaires pour envoyer des ondes positives aux autres, qui lisent cette page.
    Il y a moyen, vraiment, et j’espère un jour lire d’autres commentaires positifs. Plus qu’il n’y en a, en tout cas.
    Le plus dure reste la nourriture, car je suis étudiant et j’ai du mal à faire gaffe. J’ai beaucoup entendu parler de dose de magnésium, mais je ne sais pas trop « qui » aller voir pour m’en prescrire. Du coup, en attendant, je mise tout sur l’écriture, la relaxation. Mes cauchemars, mes moments de détresse, je m’en inspire au boulot, ou dans l’art en général. Quitte à être « différent », autant s’en servir positivement!

    J’ignore probablement beaucoup de choses que d’autres, plus âgés, plus matures, doivent vivre avec la spasmo. Mais j’ai décidé que c’était une partie de moi, et que quitte à se la coltiner, autant faire un max pour en faire presque « une qualité ».

    Courage à tous ceux qui en souffre. « On gère ».
    Et encore merci pour cet article.
    Vraiment.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Amélien
      Je suis épatée par la force de caractère et la maturité dont vous faites preuve ! Extraordinaires chez quelqu’un d’aussi jeune !
      Bravo c’est comme ça qu ‘on vient à bout de tous les problèmes y compris en matière de santé ;
      Bravo aussi parce que vous avez parfaitement compris ce qu’il fallait faire face à cette maladie pour pouvoir vivre
      le plus normalement possible
      Vous avez raison : c’est possible à condition de vouloir s’en sortir ( au lieu de se lamenter sur son sort )
      En ce qui concerne les compléments en magnesium , personnellement je les ai intégrés à mon alimentation quotidienne et ils sont pour moi un allié indispensable
      Merci pour votre commentaire très positif
      Cordialement
      Janine

  36. BONNO Yveline a écrit:

    Souffrant de fréquentes crises de tétanie qui me laissent ko aimerais savoir ce que je peux prendre, ai lu de prendre du magnesia phosphorica 6DH mais combien par jour? D’avance merci. Y.BONNO

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Personnellement je prenais 3 comprimés le matin mais je vous conseillerais peut -être de demander à votre médecin traitant un test pour mesurer le niveau de votre carence en magnésium avant d’entreprendre un traitement
      Bien cordialement
      Janine

  37. Bonjour, j’ai bientôt 51 ans , je suis spasmophile depuis que j’ai 17 ans et toujours ces mêmes fichus symptômes qui me gâchent la vie : vertiges avec fourmillements derrière la tête (sensation d’être prise dans un étau) , boule dans la gorge, muscles tendus à l’extrême, crises d’angoisses …. J’ai tout essayé ou presque : sophrologie , massages (j’étais pire en fin de séance! ), homéopathie ( ignatia gelsemium) ça me soulage mais pas toujours , cela dépend des fois , hypnose ,ça soulage sur le coup mais pas en profondeur … Voilà mes crises vont et viennent , elles ont réapparues il y a un mois , d’un seul coup sans prévenir gros vertige et fatigue ( sûrement le contre coup du décès de mon père ) ça faisait 25 ans que l’on ne se voyait plus j’ai appris par tel son décès au mois de mars mais aucune crise jusqu’à maintenant , quelle complexité le corps humain! En tout cas votre témoignage et tous les autres m’encourage à persévérer car je n’ai jamais baissé les bras même si c’est à la limite du supportable parfois. J’ai entamé des séances d’acupuncture et je prend du mag 2 en ampoules 1ampoule 3fois par jours , si le mag 2 ne fait pas effet je prendrais celui que vous conseillez , merci encore et courage à tous .

  38. Bonjour et merci pour ce blog et cet excellent article sur la spasmophilie qui a l’avantage d’être complet mais aussi optimiste ce qui est assez rare sur le net…
    J’ai depuis peu des crises qui ressemblent à de la spasmophilie, principalement le soir, des sensations de chaud et de froid dans mon corps, suivie de palpitations, nausées, tremblements/convulsions qui peuvent durer toutes la nuit. Je fini en général par me vider par le bas aux toilettes. On m’a prescrit 1/2 lexomil dans le cadre de ces crises mais cela ne me soulage que quelques heures et parfois la crise recommence. Est ce que certains d’entre vous ont ce genre de crises qui peuvent durer plusieurs heures voire toute la nuit car ce qui m’étonne c’est qu’en général elles ne sont que passagères et finissent par s’arrêter au bout d’une heure selon les différents témoignages que j’ai pu lire.
    J’explore pour le moment les différentes pistes (irm, thyroïde ) pour être certaine qu’il s’agit bien de spasmophilie car c’est toujours difficile de croire qu’on est capable de créer cela soi même.
    J’ai suivi votre recommandation pour le magnesia phosphorica 6dh ( je n’ai pas trouvé celui du laboratoire boiron mais celui du laboratoire rocal 50 comprimés dosés a 0,10g ). Est ce que c’est le même dosage que ceux dont vous parlez ? Ainsi je saurai si je peux en prendre également 3 le matin ?
    Merci d’avance pour votre aide et votre soutien.

  39. Florian a écrit:

    Bonjour Janine,

    Je viens de vous lire ainsi que les commentaires qui s’en sont suivi, et j’ai l’impression de m’y retrouver par-ci par-là, sans pour autant avoir l’impression que la spasmophilie est vécu de la même manière pour tout le monde. C’est pourquoi je me permet de vous écrire afin de partager mon expérience.

    Tout à commencé très récemment, il y a 1 mois et demi à la suite d’une insolation, avec une érosion totale de l’intérêt de la vie et des envies de mourir (vraiment des idées fortes) qui se sont suivi par des picotements dans tout le corps, des difficultés à la respiration (essoufflements), comme une montée d’angoisse mais toujours avec ces idées en tête. Etant quelqu’un de très actif (j’ai 21 ans, je fais du foot, tennis, animation, job étudiant et licence d’expertise comptable bref..), j’ai tout pour être bien, et surtout ça m’est tombé dessus du jour au lendemain. Cet état d’esprit m’ait arrivé une fois par-ci.. Une autre fois 2 semaines après .. et depuis 3 semaines c’est tous les jours (compression thoracique, pointe au niveau de la poitrine, difficulté à trouver sommeil, la paupière qui valse, la tête dans un étau, migraine, vertige de temps à autre bref.. Je me sens affaibli tant physiquement et intellectuellement mais c’est surtout le côté psychique qui me tracasse.. car je tiens à ne plus penser ce genre de chose, je tiens trop à la vie même si dès que j’ai ce genre d’idée qui sont un cercle vicieux pour moi, me déstabilise énormément.. Les études en deviennent très compliquées !

    Alors je suis sous cure de magnésium depuis 1 mois et mon état s’est amélioré.. par période! Je replonge de temps en temps dans mes travers mais ce n’est plus ce que c’était. Inconsciemment, j’ai des appréhensions et ça me fait replonger accompagnés de douleur thoracique en ayant ce genre de pensées. Mes résultats de prise de sang ont été concluant (fer, sodium, magnésium excellents) du coup je ne sais où se situe le problème.. J’ai cette angoisse permanente que ça m’atteigne toujours et que je ne m’en sorte pas de cet état d’esprit et surtout ce mal-être..

    Qu’en pensez-vous? et que me conseillez vous? (traitement) car je garde une vie active malgrès tout et je me sens « bien » quand je n’y pense pas. C’est dès que je me retrouve seul, à rien faire..

    PS: Mes deux parents sont spasmophiles et particulièrement mon père qui a eu ce même genre de symptômes

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Je suis désolée mais j’ai bien l’impression que tous les symptômes sont bien là
      Le taux de magnesium dans le sang peut être excellent ; le problème vient de ce que les cellules ne fixent pas ce magnesium
      En ce qui concerne le traitement , il doit être global ; toutes les pistes que je donne dans mon article donnent de bons résultats : il faut à la fois soigner l’hyper émmotivité ( relaxation , homéopathie … ) et renforcer la résistance physique ( vitamines notamment vit C , compléments alimentaires : ginseng , eleuthérocoque … ) pour davantage de tonicité

      J’espère vous avoir aidé
      Bien amicalement
      Janine

  40. Bonjour à toutes et à tous, bonjour Janine .

    J’ aimerais apporter mon témoignage . Je sais pas vraiment si je souffre de spasmophilie, aucun médecin ne me l’a encore énoncé . Mais d’après ce que j’ai pu lire sur votre blog (site), il me semble avoir quelques symptômes .
    Tout à commencé l’an dernier à la fin de l’été . Après m’ être fait piquer à plusieurs reprises par des abeilles ( 6 piqûres ) . Le lendemain en me réveillant, je me sentais pas trop bien . En effet j’ai couru chez le médecin et il ma annoncé que j’avais plus de 40 de fièvre, et ma préconisé de d’aller aux urgences au plus vite . Sur la route j’avais l’impression de partir ( que j’allais mourir ), les 20 km ont été un calvaire .
    Bref 2 jours après ça j’ ai commencé à avoir des pâleurs, à être très fatigué . Je me suis dit que ça allait passer que c’était le contre coup mais après 1 semaine ça ne faisait qu’empirer . Alors j’ai commencé à angoisser, pensant que j’avais peut être été empoisonné, ou que les abeilles était porteuses d’une maladie . Je suis donc retourné chez le doc, qui m’a annoncé que ce n’était pas possible .
    Ne voyant pas d’amélioration, j’ai commencé à faire de grosses crises d’angoisse, sensations d’étouffer, de gros vertiges, maux de ventre insoutenable, sensation de partir dans un autre monde . Je faisait plusieurs crises par jour et cela durant 2 mois je dirais voir un plus . Je n’ en ai pas refait voilà un bon moment . Mais j’ai un malaise permanent .
    Toutes les nuits je fais des cauchemars atroces, souvent liés à la mort et cela depuis plus d’un an . Je me réveille extrêmement fatigué, comme si je n’avais pas dormi . Dès le réveille j’ai des vertiges qui durent toute la journée, j’ai l’impression que mes sens ne fonctionnent pas correctement . Ma vision est comme restreinte et j’ai comme une sensation d’oreilles bouchées . Il y a certains sons qui j’ai ‘impression aggravent ces vertiges, tout comme une trop forte lumière qui me fait le même effet .
    Il m’est désormais très difficile d’aller faire les courses, dès que j’entre dans un supermarché mon coeur accélère et les vertiges redouble d’intensité . Même pour aller au pain le matin c’est un calvaire . Si il y a quelques personnes avant moi et que je dois attendre, c’est parti pour un tour de grand 8 . Je panique et j’ai l’impression que je vais m’évanouir . Je n’ose quasiment plus sortir de chez de peur de me sentir mal . Je ne rend plus visite à mes amis, à mes proches . Même avec eux je me sens mal à l’aise . Quand je suis seul chez moi au calme ça va à peu près mieux mais j’ai souvent des fourmillements, des points à la poitrine, les membres engourdies qui me font me poser beaucoup de questions . J’ ai la sensation d’ être devenu hypocondriaque … Voilà à peut prêt ce qu’est mon quotidien depuis plus d’1 an et demi . Je ne vis plus …
    Après plusieurs consultations chez plusieurs docteurs différents et un bilan sanguin complet . La seule chose qu’on a su me dire c’est que c’était dans la tête et que c’était du au stress . Mais bon 1presque 2 ans ça commence à être long et je me demande si cela cessera un jour .
    N’ ayant aucune réponse me satisfaisante du corps médical, j’ai décidé de chercher par moi même ce qui m’a amené à votre site .

    Pour vous, d’après mon récit, est ce que je souffrirais de spasmophilie ? J’ aimerais avoir un nom sur mon malêtre .

    Je vous remercie d’avance, et félicitations pour tout le travail que vous faîtes .

    Fabrice ( 33 ans )

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Fabrice
      A mon avis ce que vous ressentez ressemble à s’y méprendre à la spasmophilie ; celle -ci apparaît souvent après un choc ( accident… gros stress … )
      Vous n’avez rien à perdre à explorer les pistes de traitement que je donne dans mon article
      Essayez aussi peut -être les Fleurs de Bach ; votre pharmacien peut vous renseigner là – dessus ; ce n’est pas un gadget ; elles fonctionnent très bien
      Dans tous les cas tout vaut mieux qu’un recours éventuel à un anti- dépresseur par exemple
      J’espère que vous retrouverez très vite une bonne santé
      Bien cordialement

      Janine

      • Fabrice a écrit:

        Merci grandement pour votre réponse et le travaille que vous effectuez . Comme vous le suggérez, je préfère évitez les anti dépresseurs qui camoufleront mon malêtre mais ne le guériront pas .
        Mes maux s’ amoindrissent avec le temps j’ai l’impression, mais il y a des jours où c’est encore très dur . Si ça peut aider certaine personne, je fais une cure de magnésium et j’ai eu recours à la kinésiologie qui je pense m’a un peu aidé .
        On m’a conseillé les fleurs de BACH il y a quelques jours et là vous m’en parler . C’est un signe 🙂 . Je vais tester en traitement de fond .
        Encore un grand MERCI à vous Janine . Grâce à votre site, je me sens moins seul dans ma détresse . Et rien que ça, ça aide à mieux l’accepter .

        MERCI MERCI MERCI Janine

        • Janine CESAIRE a écrit:

          Bonjour Fabrice
          Merci pour votre commentaire
          Je suis heureuse d’avoir pu vous aider un peu et je vous souhaite bonne chance pour votre traitement

          Bien cordialement
          Janine

          • Fabrice a écrit:

            Bonjour Janine, c’est encore moi .

            Je viens de me documenter sur les fleurs de Bach, malheureusement je ne sais quoi prendre parmi ces 38 élixirs . J’ ai cru lire dans un article que l’idéal pour la spasmophilie en traitement de fond serait  » l’élixir mix n71  » .
            Pouvez vous me conseiller et m’éclairer ?
            Merci
            Cordialement, Fabrice

          • Janine CESAIRE a écrit:

            Bonjour Fabrice
            Je ne suis pas en mesure de vous renseigner
            En revanche , si vous allez sur le site de TOM VERMEESCH : http://www.conseilfleursdebach.fr/ vous pourrez exposer votre problème et obtenir tous les conseils utiles
            Bien cordialement

            Janine

          • Janine CESAIRE a écrit:

            petit rectificatif il s’agit de TOM VERMEERSCH
            Cordialement
            Janine

  41. Bonjour , je ne m’attendais pas à ce que ce symptome m’arrive , après avoir avoir vu ma fille faire une crise d’épilepsie de longue durée ainsi qu’un stress au travail , j’ai commencé par avoir un trouble de l’audition et tout à commencer ! Trouble du langage , fourmillements dans les bras , difficulté à respirer , tête compressé, fatigue au levé après une nuit normale et j’en passe …! Et ce depuis 15 jours , je vais demander du repos à mon médecin mais je doute que cela soigne mon stress et mon émotivité ! En attendant ça fait du bien de lire ce que nous ressentons sans réellement expliquer nos symptômes comme il se doit ! Merci pour vos véritables réponses , dans l’attente de mieux Cdt Stephanie

    • J’oubliais troubles visuels, impression que nos yeux partent dans tous les sens !!!! Sensation d’être lourde , mauvaise stabilité! Mon médecin ne m’a jamais parler de spasmophilie , elle m’a mis sous stresam et berroka , est ce ce qu’il me faut ? Merci de votre retour , Cdt Stephanie

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Je ne suis pas médecin ; cela dit , il est vrai que les symptômes que vous présentez ressemblent à ceux de la spasmophilie
      Ils ne disparaîtront pas en un jour ; seul un traitement de fond pourra en venir à bout ; les pistes à explorer figurent déjà dans mon article; je ne peux rien ajouter de plus
      Le traitement prescrit par votre médecin ( stresam ,Berroka vous fera sûrement du bien ) mais il faut aussi avoir la volonté de se prendre en mains pour gérer une émotivité exacerbée par les évènements de la vie ( nous n’avons pas tous la même résistance ; certains sont plus fragiles que d’autres et il faut trouver les armes susceptibles de vous aider à surmonter ce problème ) ; il faut un traitement de fond pour agir à la fois sur le physique et le mental : toutes les pistes que je connais sont déjà dans mon article

      Bien cordialement

      Janine

  42. Fabrice a écrit:

    Bonjour Janine c’est encore moi 🙂 .

    Je voulais savoir si la spasmophilie et la fibromyalgie était la même chose . J’ ai essayé de trouver réponse sur internet mais tout cela est flou … Les médecins ont du mal à s’entendre sur cette maladie qui pour la plupart n’en serait pas une, et que ce serait uniquement dans la tête .

    Que pensez vous du régime Seignalet ? Apparemment ça a l’air de fonctionner chez certains . Ainsi que la sophrologie .

    Merci encore 🙂 .

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Il semble très difficile de distinguer les 2 ; je noterai simplement que la fibromyalgie se caractérise par des douleurs musculaires en de nombreux points du corps
      Je ne m’aventurerai pas à approfondir … C’ est l’affaire des spécialistes
      Bien cordialement
      Janine

  43. Emmanuelle a écrit:

    Bonjour, voici mon experience. Vers mes 6 ans avant de m endormir je forcais pour trouver mon air. Cela a dure un petit moment mais uniquement le soir avant le couché a cause d un clilat difficile entre mes parents…et jusqu ici plus de difficulte a respirer mais une personnalite sensible timide et mal a l aise en presence de monde. J avais deja un erytheme emotif. Ouis il ya un an et demi j ai perdu mon pere et ce fut malgres le fait que je savais que sa maladie l emporterait un vrai cataclisme. Deux mois plus tard j ai developpe des rougissements et un mal etre tres fort. J avais meme peur d avoir peur. Mes rougissements se declare avec une gene un face a face derangeant ou une reaction non attendue des mes intrlocuteurs….un an plus tard je me trouve projettee violement sur une barre dans le tram lors d un freinage d urgence. La peur et la douleur ont reveille une difficulte a respirer…cela fait 6 mois que je dois forcer pour trouver mon air. Je ne faisait pas le lien avec spasmi et rougissement mais apparement bloquer sa respiration peut le provoquer…
    J aimerais m apaiser et sortir ce manque d air de ma tete…parfois quand je suis occupee sur autre chose je me rend compte que je respirais sans probleme…
    Je vais essayer l holeopathie ounla medecine chinoise pour relacher ce stress

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Les traumatismes que vous avez subis vous ont affectée mais vous semblez avoir la volonté de vous en sortir et c’est un point fort
      Puisez dans le cocktail de moyens que j’ai indiqués dans mon article ; trouvez la méthode qui vous convient le mieux et je suis confiante , vous réglerez votre problème

      Cordialement
      Janine

  44. A. Marie a écrit:

    Bonjour

    Merci pour ce merveilleux article qui nous fait savoir qu’en fait nous ne sommes pas fous !
    D’autres personnes vivent les mêmes émotions ou sensations que nous et déjà ça, ça fait du bien.
    Cela fait 30 ans que je vis avec ma spasmophilie elle m’avait abandonnée depuis quelques années et là elle revient en force !
    Je vais suivre vos conseils encore merci

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour!
      Merci pour votre commentaire
      Maîtriser la spasmophilie demande du temps mais c’est possible
      Courage , vous y arriverez
      Cordialement
      Janine

  45. skipy a écrit:

    Bonjour, cela fait 8 ans que je cherche ce qui ne va pas chez moi, et grace a vous je pense etre spamophile ,j’ai des vertiges en permanence , une sensation de flottement et une extrême fatigue .je n’ai jamais poussé a faire des examens médicaux de peur de tomber dans l’hypocondrie car il ya 10 ans maintenant en rentrant du travail j’ai eu des palpitation, j’ai eu tres peur , je suis allé voire mon docteur on m’a pris en charge a l’hôpital en cardiologie et enfaite c’etait des effets secondaires du traitement que j’avais ( je suis asthmatique).Mais après quelques jours cela a recommencé et retour a l’hôpital cette fois ci j’ai été pris en charge par un medecin qui ne m’écouter pas elle etait froide et m’a fait vite comprendre que c’etait psychologique . Je suis reparti chez moi, et la pour moi ça été de moments tres dur car je faisais des crises de panique horrible ou j’etais persuadé que j’allais mourir . Je ne faisait plus rien , je suis entrée dans le cercle vicieux la peur d’avoir peur je craignais toute futur crise, et les symptôme s’ajouté des fourmillements au bras, douleur a la mâchoire pleins de symptômes qui pourrait me faire penser a une crise cardiaque.Mais je n’ai jamais baisser les bras j’ai eu 4 enfants et rien que pour eux je ne peux pas baisser les bras, cette phobie de crise cardiaque a disparu mais j’ai toujours quelques angoisses comme des periodes où je vais très bien et d’autres moins je ressens des vertiges ou plutôt une sensation d’ebriété sans avoir bu d’alcool bien sûre , quand je marche j’ai l’impression que le sol est mou , je suis fatigué .mais je m’accroche j’ai quelques technique pour se détendre.Comme ecrire c’est super on peut vider notre sac surtout quand c’est difficile d’en parler autour de nous car les gens pensent que c’est psychologique ,ok ! Mais nous ressentons les symptômes.Et merci a vous car cela fait des années que je chercher ce que j’avais, je pense sérieusement que je suis spamophile, je sais qu’on peut gérer ça ,je le fait depuis longtemps mais mettre un nom a cette maladie ça fait du bien.un grand merci!!

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Je suis très heureuse d’avoir pu vous aider
      Je vous souhaite bon courage dans votre lutte contre ces symptômes ; ne perdez pas de vue qu’on peut les maîtriser
      Cordialement
      Janine CESAIRE

  46. lassoie isabelle a écrit:

    bonjour je m appelle isabelle je souffre de spasmophilie au départ je me demander qu’ est ce qui m arriver j ai vu plusieurs médecins , m ont toujours répondus dépression bin oui c sa donc après nombreuses recherche internet j ai compris
    je souffre de spasmophilie et début fibromyalgie ; je viens de trouver un médecin qui connais mon mal de tous les jours , MIRACLE un sur au moins une dizaine il ma prescrit se qui faut pour détecter
    entre temps je suis dans une ASBL ou ont essaie de faire avancer les choses ; pas évident quand de nombreuses personnes disent c un problèmes psychiatrique oui bien sur c est pas sa mais bon je regarde avec bonne mine en pensant que c est des imcompétants car n ont que des bases de médecine
    le mieux serrais de faire des rubriques a la télé avec témoignages faut il savoir déjà comment y arriver n ayant aucune connaissance dans journalistes et télé
    voila je reste dans mon coin a essayer de trouver une solutions pour revendiquer ou faire bouger les choses sans progrès

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Les quelques conseils que je donne dans mon article ainsi que les commentaires publiés sous celui – ci pourront vous aider à améliorer votre mal ; j’en suis persuadée ; il suffit d’un peu de patience

      Cordialement
      Janine

  47. Bonsoir à tous et à toutes, étant Chrétienne j’ai pu sortir de ce cercle grâce à la Bible et aux prières et maintenant j’en suis libérez. En fait il faut juste
    se mettre dans les têtes des paroles positives et dse dire à l’intérieur que ça ne m’arrivera pas. N’y penses plus c’est la clé.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Je suis d’accord il faut une grande force de caractère mais il faut y ajouter aussi l recours à certaines thérapies
      Cordialement
      Janine

  48. Roussel delif jerome a écrit:

    Bonjour je suis Jérôme 36 ans. Il y a 7 ans mon père est décèdé des suites d un cancer poumon ( gros fumeur). Dans la foulée je me suis fait opéré pour me faire retirer des boules de graisse. Quelques mois aprés je rentrais de Rdv ( je suis commercial) et la j ai cru que ma dernière heure était arrivée. Je conduisais, j ai sentis un gros coup de chaud, le bras gauche qui se tétanise, la machoire qui se crispe, le coeur qui s emballe. En 10 sec je me suis dis tu fais une attaque cardiaque!!! Pris de panique j appelle ma femme au cas ou que je meurs ce fameux lundi, histoire de lui parler une derniére fois… Je me suis arreté à la maison médicale, un medecin dispo ma consulté… Il m a envoyé au urgence!!!
    Le début d une belle galère, j ai passé tout les examens du monde IRM , scanner, prise de sang, ils m ont gardé une nuit en observation, un interne imagine même un AVC. Bref ils m ont foutu les boules ce jour là, depuis je ne cesse d avoir peur de choper une vieille maladie et mouriri jeune d un vieux cancer…. Le lendemain le neurologue m a dît c est bon tu peux rentrer chez toi c est juste la tête!!!
    J ai fais un psychotherapie avec le psy de ma ville, j ai pris des antidepresseurs, anxio… C etait pire , j avais des vertiges, des angoisses nouvelles (foule, magasins, vide…). J ai tout arrété psycho et cachets. Mon etat se stabilise j ai souvent des phénomenes de décompensation comme la en ce moment. Je commence mes vacances j ai passé une sale nuit, j avais peur de faire un arrêt cardiaque. C est la galère ma femme ne m écoute plus elle est usée de mes angoisses et de mes hypocondries. Elle a même demandée à sa meilleure amie qui est neurologue de me trouver un doc qui saurait gerer mon pb. Résultat elle ne connait personne, à croire que les spasmophiles ne les intéressent pas.. Je me sens seul . Ma vie est gachée, j ai 4 beaux enfants, un job ou je réussi vraiment mais qui ultra stressant. Mais du coup je ne prends plaisirs a rien. Pourtant j ai tout pour être heureux..J’aimerais etre normal, vivre simplement.
    Mes symptômes sont boule au ventre, alternance de constipation et selles plus que molle, problème de vision jusqu’a provoquer un odeme cornéen, fourmillement , maux de tete, sensation d ivresse, jambe en coton j arrete car j en ai tellement….
    Je connais l’origine de mes problémes, je connais le déclencheur, et je sais que suis  » malade » mais je n y arrive pas. Personne du milieu médicale ne prenne en compte ces problèmes… Du coup’je bidouille, je prends un peu magnesium, j ai une vie saine pas d alcool, je fais du sport… Mais malgré tout je suis différent… Cela fait du bien de venir ici on se sent moins seul..
    Jerome

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Je reconnais bien là le drame de la spasmophilie mais patience et courage ! On finit par la maîtriser suffisamment pour pouvoir mener une vie normale même si on reste fragile

      Cordialement
      Janine

Exprimez vous!

*

CommentLuv badge