comprendre le burnout

Burnout  : Le terme est  utilisé en psychologie et il désigne un état ​​d’épuisement physique et émotionnel consécutif à une exposition à un stress permanent et prolongé

Le terme burnout a été utilisé pour la première fois en 1969 pour désigner un stress particulier lié au travail ; il a été repris en 1974 par le psychanalyste Herbert J .Freudenberger . Selon ce dernier , je cite :

” En tant que psychanalyste et praticien, je me suis rendu compte que les gens sont parfois victimes d’incendie, tout comme les immeubles. Sous la tension produite par la vie dans notre monde complexe ,leurs ressources internes en viennent à se consumer comme sous l’action des flammes, ne laissant qu’un vide immense à l’intérieur, même si l’enveloppe externe semble plus ou moins intacte. »

Selon  une étude réalisée par Technologia, un cabinet de prévention des risques au travail. dont les résultats ont été publiés en Janvier de cette année , 3,2 millions d’actifs français seraient « en risque élevé de burnout ».L’étude  est particulièrement alarmante pour les cadres dont 19% pourraient , selon ce cabinet être menacés par le burnout,

CAUSES DU BURNOUT

Le burnout peut être considéré comme un mal inhérent à notre civilisation ; il résulte directement des principes néfastes qui régissent l’organisation de nos sociétés contemporaines : culte de la performance , de l’urgence , concurrence exacerbée ,tant vis – à vis de l’extérieur qu’à l’intérieur de l’entreprise , généralisation des contrôles et méthodes d’évaluation font peu de cas  de l’individu qui se sent broyé   et impuissant .

Confronté à des horaires à rallonge , à un rythme de travail trépidant , à la dictature des objectifs et du chronomètre ,à des tâches répétitives et monotones , à l’absence d’écoute ,  à des restructurations trop rapprochées génératrices d’insécurité , écartelé parfois entre vie familiale et vie professionnelle …, l’individu est “carbonisé “ .

burnout et stress prolongé

Le burnout guette tous les professionnels soumis à un stress prolongé

Les ressources individuelles  jouent également un rôle capital dans le processus qui conduit au burnout : tous les travailleurs ne sont pas logés à la même enseigne ; la capacité de résistance varie d’une personne à l’autre et ce qui peut être perçu comme un élément de stimulation par l’un , peut être ressenti comme un élément menaçant sur lequel ils n’ont aucun contrôle ,par d’autres .

SYMPTOMES ET CONSEQUENCES

Il n’est pas toujours aisé de faire le tri entre les symptômes et les conséquences du “syndrome d’épuisement professionnel  “( traduction française du burnout )

En général , le burnout se caractérise par des atteintes physiques et psychologiques graves voire même destructrices : fatigue  chronique ou manque d’énergie , sensation d’être vidé ,dépression , diminution ou perte d’intérêt pour certains domaines particuliers  , manque de motivation  , chute de l’estime de soi , tristesse , anxiété , voire même désespoir .

Souvent, ces sentiments s’ accompagnent de symptômes physiques tels que maux de tête , lnsomnie, palpitations et  douleurs thoraciques ,maux de ventre , douleurs musculo-squelettiques ( cf mal de dos ), baisse des défenses immunitaires .Chez les patients souffrant de burnout aigu les études réalisées font état d’une élévation du niveau de cholestérol, de triglycéride , de l’acide urique  et des anomalies de l’électrocardiogramme . Le  taux de cortisol ( hormone du stress ) est plus élevé durant la journée de travail  ; le burnout peut  également conduire au diabète de type 2.

Cette situation ne manque pas d’avoir des répercussions sur la vie privée familiale et sociale : tensions entre conjoints pouvant engendrer des divorces , reproduction des comportements professionnels stressants vis-à –vis des enfants , taux anormalement élevé de suicide ,

Au travail , un cercle vicieux s’installe : la personne atteinte par le burnout  s’implique de moins en moins et ne rêve que de changer d’emploi voire de goûter aux joies de la retraite  les relations avec les collègues ou des tiers deviennent de plus en plus problématiques et se détériorent .

LES PERSONNES A RISQUE

La plupart des professionnels travaillant dans un environnement où ils sont soumis à des pressions constantes  , dont les emplois sont exigeants et nécessitent beaucoup d’attention et de dévouement, sont particulièrement vulnérables : de longues heures de travail , un sommeil de mauvaise qualité et de mauvaises habitudes alimentaires accentuent cette vulnérabilité . Médecins , enseignants, policiers , travailleurs sociaux , avocats sont des candidats potentiels à cette maladie

burnout et médecins

Les médecins font partie des professionnels particulièrement exposés au burnout

Mais le burnout n’est pas réservé à ces professions : Le burnout est principalement causé par un stress prolongé ; par conséquent ,le risque concerne tous les individus au travail quel que soit leur secteur d’activité ; les personnes se trouvant dans des situations de tension permanente , ou qui doivent assumer un rôle nécessitant un don de soi permanent sur une longue période de temps , finissent par connaître le burnout à un moment donné  ; les personnes qui prennent les choses très au sérieux ou sont fortement affectées émotionnellement  finissent par perdre tôt ou tard leur étincelle intérieure .

Même des  personnes ne  présentant pas ce profil au départ , peuvent l’acquérir au fil du temps , et finissent par se sentir “carbonisées” de toutes façons .

Une vie banale rythmée par les tâches ménagères quotidiennes et les responsabilités parentales  peut aussi déboucher sur l’épuisement car la routine et le manque de variété combinés peuvent générer le stress

De la même façon  vivre une relation difficile peut impliquer des  problèmes psychologiques , susceptibles de causer du stress  et finalement conduire à l’épuisement professionnel

COMMENT EVITER LE BURNOUT OU EN SORTIR

En fait , le burnout pourrait être considéré comme  faisant partie des risques inhérents de  la vie quotidienne , Il existe néanmoins des moyens de le prévenir ou même de l’éliminer .

Les traitements médicamenteux tels que les sédatifs ,antidépresseurs et analgésiques sont efficaces  pour traiter les symptômes physiques et psychologiques du burnout tels que les maux de tête et la dépression , mais ils ne procurent qu’un soulagement temporaire .

Le meilleur remède en cas de burnout serait d’attaquer le problème à la source . Si celle –ci se trouve dans le travail , prenez le temps  . Si vos difficultés résultent d’une relation difficile , essayez d’instaurer la communication et le dialogue pour améliorer votre compréhension mutuelle . Si votre épuisement est lié à la routine des tâches ménagères trouvez – vous un hobby ou optez pour une activité à l’extérieur .

Le mieux serait encore de mettre en oeuvre ces bonnes pratiques  dès aujourd’hui sans attendre que l’épuisement se produise : faites quelque chose de différent et d’amusant , apprenez à communiquer efficacement   ;. Prenez l’habitude de prendre vos distances de temps en temps avec  votre travail, votre famille , vos relations ; accordez – vous du temps pour vous et mettez  les choses en perspective . Et n’oubliez pas ces conseils sur lesquels je reviens de manière quasi systématique :

                       – mangez sainement ,

                       – pratiquez de  l’exercice régulièrement ,

                       -adoptez des techniques de relaxation comme le yoga et la méditation ,pour que votre corps et votre esprit soient  plus tolérants au stress..

A défaut de pouvoir éliminer les facteurs de stress qui vous sont extérieurs , vous pourrez ainsi au moins moduler votre attitude par rapport à eux , leur opposer une meilleure résistance et prévenir le burnout . En cas de besoin , pensez aussi  solliciter le concours d’un thérapeute .

Merci d’avoir lu cet article .

Vous l’avez aimé ? , pensez à le partager sur les principaux réseaux sociaux  ! D’avance merci !

Si vous souhaitez me donner votre avis , poser des questions ou faire des suggestions , laissez-moi un commentaire  ci- dessous  .

Crédit photo © Fotolia.com

Commentaires

  1. Le burnout, mal du siècle ?
    En tout cas, les réactions et résistances face à ce phénomène diffèrent largement.
    Certains seront assez vite atteints par ce burnout tandis que d’autres, pourtant sur-sollicités (avec tout ce qui va avec) ne le seront jamais.

    Une des raisons en est l’intérêt, le contentement de la personne pour ce qu’elle fait.
    Et pour ce qu’elle est.
    Selon son appréciation, les limites du burnout seront atteintes, dépassées, ou jamais approchées.
    Passionnant Janine !
    Le dernier article de Jean-Luc (de Moralotop)…Histoire vraie : Craquer ou pas ? (1)My Profile

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Jean – Luc
      Entièrement d’accord !Certains sont plus vulnérables et ont beaucoup de mal à s’adapter

      Amitiés
      Janine

  2. Bonjour Jeanine,

    Effrayant ces chiffres concernant le nombre de français en risque de burnout.

    Quant aux cadres, et bien je confirme, ce sont des fonctions ou il est nécessaire d’avoir une force de caractère et une santé a toute épreuve.
    La capacité à prendre du recul est indispensable. Et surtout, prendre des congés régulièrement ‘est vital. Rien n’est plus précieux que notre santé. Soigner son mentale autant que son corps comme tu le préconises pour éviter autant faire que se peut, l’épuisement.
    Il faut avoir connu l’épuisement pour comprendre et ne ^pas recommencer les mêmes erreurs. J’admets pourtant qu’il y a des situations qui parfois qui nous échappent et nous entrainent bien malgré nous à l’épuisement.

    La solution : se forger un moral et une santé de fer avec un solide bon sens.

    Amicalement,
    Hélène
    Le dernier article de Helene@Objectif-Reussite…Education : interrogations sur la fabrication des ignaresMy Profile

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Hélène
      Oui la vie de cadre n’est pas une sinécure et quand aux difficultés professionnelles viennent s’ajouter les collègues sympas qui te glissent les peaux de bananes sous les pieds , je ne te raconte pas : une vraie partie de plaisir !!
      Enfin ça forme la jeunesse !Mais c’est vrai il faut être très solide mentalement pour tenir le coup

      Amitiés
      Janine

  3. marianna a écrit:

    Bonsoir, merci beaucoup pour cet article , il me concerne, j’ai été même hospitalisé après les médicaments.. J’ai tenue un an et sa recommence, sous anxiolitique et anti dépresseur mais là, je me remets plus vite, j’ai 59 ans je dois patienter encore trois ans mais je sais que de temps en temps j’aurais besoin de ce traitement pour finir ma carrière, heureusement les docteurs arrêtent plus facilement pour la déprime.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Je vous comprends ; j’ai failli y avoir droit moi aussi ; j’ai senti que c’était une question de vie ou de mort et j’ai préféré partir sans attendre que la catastrophe arrive ; si vous pouvez partir avant , je vous le conseille fortement ; vous y laisserez peut -être quelques plumes financièrement mais le jeu en vaut la chandelle
      Je vous souhaite beaucoup de courage en tout cas
      Bien amicalement
      Janine

  4. Bonjour Janine,
    Je crois que le burnout est un mal créé et entretenu par la société parce qu’il représente une certaine rentabilité, du moins à l’avantage de certains… Il se soigne, nécessite le recours aux médicaments et fait donc vivre une tranche de nantis qui en profitent.
    Quand on sait la douleur profonde que représente cet état d’âme, on ne peut que souscrire aux conseils que tu donnes pour l’éviter ou le soigner naturellement.
    La France est quand même championne dans ce genre de maladie… Il y aurait donc aussi un aspect culturel à envisager. Sujet délicat s’il en est !
    Merci pour cet éclairage intéressant et à bientôt !
    Le dernier article de Bernadette GILBERT…Des aliments, des hormones et du bonheur !My Profile

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Bernadette
      Je ne sais pas si le burnout est voulu par certains , mais je suis peut -être un grande naïve !
      Quoi qu’il en soit , ce mal existe et il peut tuer ( la preuve ,les suicides à France Telecom entre autres )
      C’est le signe pour moi d’une société qui ne respecte plus rien à l’exception d’une seule « valeur « : le fric !
      Triste monde !

      Amitiés
      Janine

  5. Merci pour cet article très complet sur un sujet d’actualité..

    Quand je lis les causes d’un burnout, je ne peux pas m’empêcher de penser que la France est un pays particulièrement propice à ce type de pathologies..

    Avez-vous des données concernant les autres pays ? Je pense par exemple aux pays sud-américains, par exemple, où les gens sont très positifs dans leur façon d’être et d’aborder la vie en général. Je ne serais pas étonné d’entendre que ces pays ont des taux de burnout très bas..

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Je n’ai pas de données sur les taux de burnout dans tous les pays mais il est acquis qu’il s’agit d’un mal de civilisation dont le taux varie énormément selon les pays ; la France est particulièrement touchée ; par comparaison , ce taux n’est que de 4 % aux Pays -Bas et de 1% en Suède

      Bien cordialement
      Janine

  6. Bonsoir, merci beaucoup pour cet article , il me concerne, j’ai été même hospitalisé après les médicaments.. J’ai tenue un an et sa recommence, sous anxiolitique et anti dépresseur mais là, je me remets plus vite, j’ai 59 ans je dois patienter encore trois ans mais je sais que de temps en temps j’aurais besoin de ce traitement pour finir ma carrière, heureusement les docteurs arrêtent plus facilement pour la déprime.
    Le dernier article de Risa Martin@Masque visage maison…Cassonade Masque VisageMy Profile

Rétroliens

  1. […] source: médecines douces et bien être […]

Exprimez vous!

*

CommentLuv badge