Syndrome des jambes sans repos diagnostic traitement prevention

Le SJSR atteint selon les estimations 2 % à 15 % de la population mondiale

Ce trouble neurologique se caractérise par l’ envie irrépressible de bouger les jambes pour se débarrasser de sensations anormales comme des fourmillements,des brûlures. ou des douleurs

Ce syndrome peut frapper sans distinction d’âge ou de sexe puisque hommes femmes et enfants peuvent être indifféremment atteints même si le pourcentage de femmes atteintes est légèrement supérieur et même si cette affection se rencontre plus fréquemment chez les personnes avançant en âge

C’est surtout le soir au moment où on souhaiterait s’endormir et pendant la nuit que les symptômes se manifestent à répétition ou empirent en intensité atteignant même parfois d’autres parties du corps comme les doigts , les mains et les bras .

Souvent considéré comme inoffensif, le syndrome des jambes sans repos peut créer une multitude de problèmes, le plus courant étant une fatigue extrême due à l’impossibilité de trouver le sommeil : Il n’est pas rare pour les patients atteints du SJSR de rester éveillés pendant 24 à 36 heures – ou plus – et de ne pouvoir atteindre le niveau de sommeil profond indispensable pour connaître un repos vraiment bénéfique.

Cette fatigue génère irritabilité , manque de concentration, ce qui interfère sur leur capacité à faire leur travail, à apprendre en classe, à assumer leurs responsabilités parentales, ou à effectuer des tâches nécessitant une attention soutenue et une réaction rapide, comme la conduite.

En dépit d’une prise de conscience croissante l ‘ entourage des patients souffrant de ce syndrome a souvent beaucoup de mal à comprendre son impact sur la vie quotidienne de ces derniers

Le syndrome des jambes sans repos peut ruiner des vies et même mettre en danger le patient lui-même et d’autres personnes

LE DIAGNOSTIC

syndrom des jambes sans repos

Picotements , brûlures au niveau des jambes : 2 symptômes parmi d’autres du syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos est souvent considéré comme un effet de l’imagination des patients ou comme un symptôme d’une autre maladie par les médecins qui n’en ont pas entendu parler .Les personnes qui en sont atteintes se sentent souvent incomprises

Pour l’instant le syndrome des jambes sans repos reste un mystère , sans cause connue

La recherche soupçonne un possible facteur génétique , un grand nombre de patients faisant état d’antécédents familiaux de la maladie .Elle est également souvent associée à la grossesse , à une insuffisance rénale , au diabète et à la maladie de Parkinson et elle peut être aggravée par la caféine , l’alcool et le tabac .

Il n’existe pas de test unique permettant de diagnostiquer la maladie :le diagnostic s’appuie en général sur la description de ses symptômes par le patient et éventuellement sur une série d’analyses pour vérifier que le patient ne souffre pas d’une autre maladie engendrant les mêmes symptômes

LE TRAITEMENT

MEDICAMENTS

En l’absence de cause connue, les médecins sont contraints de traiter les symptômes, et notamment de prescrire des médicaments habituellement développés à l’origine pour la maladie de Parkinson.

Des progrès ont été réalisés récemment en ce qui concerne ​​les produits pharmaceutiques spécifiquement conçus pour le syndrome des jambes sans repos . Ces traitements procurent généralement un certain soulagement, mais la plupart des patients finissent par constater une aggravation de leurs symptômes qui peuvent diminuer pendant la nuit, pour apparaître à la place le soir ou pendant la journée . Dans certains cas, l’augmentation de la posologie du médicament peut même aggraver l’intensité et la durée d’une attaque.

METHODES DOUCES

Plutôt que de vous précipiter sur des médicaments en cas de symptômes légers ou modérés et qui ne sont pas trop perturbants ,il est parfois possible d’en réduire l’intensité et la fréquence par d’autres moyens

  • Changez vos Habitudes de vie

Soyez d’abord particulièrement vigilants quant aux circonstances dans lesquelles les symptômes apparaissent ; vous pourrez ainsi adapter votre style de vie en conséquence :

Pour commencer , privilégiez l’exercice physique modéré des membres inférieurs 2 à 3 fois par semaine

  • Misez sur l”alimentation :

En effet , si vous souffrez de carences en minéraux ou vitamines quelques changements de régime alimentaire peuvent soulager certains symptômes liés à cette affection

— Si une carence en fer est soupçonnée d’être à l’origine de vos symptômes ,les produits d’origine animale tels que les viandes rouges ( boeuf ), les poissons et fruits de mer ( huitres , palourdes ) et les volailles ( foie de poulet , viande de dinde ) seront pour vous les meilleures sources alimentaires de ce micro nutriment qui sera absorbé par l’organisme à hauteur de 15 à 35 %

Parmi les aliments d’origine végétale , haricots secs , lentilles , épinards, raisins secs en constituent également une source appréciable quoique à un moindre degré ( 2 à 20 % d’absorption uniquement )

– Une carence en magnésium peut parfois provoquer des contractions musculaires , des picotements et des crampes et peut être à l’origine du SJSR ; si tel est le cas , consommer des aliments riches en ce nutriment peut apporter un certain soulagement et vous aider à atteindre l’apport quotidien recommandé pour un adulte soit 310 à 400 mg: pommes de terre , haricots , pois sont de bonnes sources de magnésium .

  • Adoptez les bons gestes

Lorsque les symptômes se manifestent :

– Ne réprimez pas votre envie de bouger : faites des étirements doux

– Effectuez des massages légers

– Prenez des bains de pied chauds ( pendant 3 minutes ) puis froids ( 10 à 60 secondes ) ; répétez l’opération à 2 ou 3 reprises

  • Pensez aux produits naturels
SJSR et huile essentielle de lavande

l’ huile essentielle de lavande aide à atténuer les symptômes du syndrome des jambes sans repos

– Le camphre

Grâce à ses propriétés thérapeutiques et antispasmodiques le camphre peut soulager les symptômes du SJSR : Une petite quantité d’huile ou de crème de camphre appliquée en friction douce sur vos jambes chaque soir avant de vous coucher fera disparaître très rapidement la sensation de picotement

– La menthe poivrée

Le menthol contenu dans la menthe poivrée peut soulager l’agitation des jambes et les douleurs musculaires : Un massage doux de vos jambes pendant 5 à 10 minutes avec de l’huile essentielle de menthe poivrée chaque nuit avant d’aller vous coucher aidera aussi à soulager la tension

– L’huile de Lavande

Relaxante, elle peut aider à réduire les symptômes du SJSR et l’effet calmant de son parfum vous aidera à mieux dormir: quelques gouttes d’huile de lavande sur la plante des pieds ,chaque nuit avant le coucher seront suffisantes

Vous pouvez aussi prendre un bain de pied pendant 10 minutes avant d’aller au lit dans de l’eau tiède à laquelle vous aurez ajouté quelques gouttes d’huile de lavande .

– L’extrait de pois mascate

Certains patients obtiennent de bons résultats avec une supplémentation en extraits de pois mascate ( nom botanique Mucuna Pruriens ) , une légumineuse annuelle grimpante des régions tropicales de l’Inde, de l’Afrique et de l’Amérique (Amérique centrale, Amérique du Sud et Caraïbes).Cette plante qui contient un acide aminé précurseur de la dopamine est traditionnellement utilisée depuis des millénaires par la médecine ayurvédique pour le traitement de la maladie de Parkinson

Mais ce produit ne doit être utilisé que sous surveillance médicale car il comporte de nombreuses contre – indications , des effets indésirables et présente des risques d’interactions avec d’autres compléments alimentaires ou des médicaments

PREVENTION

Deux pistes sont particulièrement à explorer :

L’alimentation

Certains aliments aggravent les effets du syndrome des jambes sans repos :chez de nombreuses personnes alcool et caféine ne font pas bon ménage avec ce syndrome

Evitez la caféine spécialement avant de vous coucher,

Pensez aussi aux nombreuses boissons énergétiques et sodas ainsi qu’au chocolat et à certains médicaments ( cf antidouleurs ) qui contiennent une quantité élevée de caféine

La lutte contre l’obésité

La recherche a démontré que la prévalence du syndrome des jambes sans repos augmentait progressivement en fonction de l’indice de masse corporelle et du tour de taille : une raison supplémentaire de lutter contre l’obésité dont les dangers pour la santé d’une manière générale sont par ailleurs bien connus

Ne prenez pas à la légère le syndrome des jambes sans repos: il peut avoir un impact très négatif sur votre qualité de vie

Merci d’avoir lu cet article .

Vous l’avez aimé ? , pensez à le partager sur les principaux réseaux sociaux ! D’avance merci !

Si vous souhaitez me donner votre avis , poser des questions ou faire des suggestions , laissez-moi un commentaire ci- dessous .

Crédit photo © Fotolia.com

Termes qui ont permis de trouver cet article:

  • huile essentielle pour jambes sans repos
  • syndrome jambes sans repos traitement naturel
  • syndrome jambes sans repos huiles essentielles
  • jambes sans repos huiles essentielles
  • sjsr traitement naturel
  • jambes sans repos traitement efficace
  • huile essentielle pour impatience jambes
  • jambes sans repos traitement huiles essentielles
  • syndrome des jambes sans repos traitement naturel
  • jambes sans repos traitement naturel

Commentaires

  1. bonjour Janine

    je ne connaissais pas du tout le SJSR et je transmets tout de suite à ma fille qui pourrait bien en souffrir car pas mal de signaux dont tu parles dans l’article me semblent coller à un problème de fatigue chronique dont souffrent hélas beaucoup de personnes travaillant dans les avions
    Le dernier article de sylviane…Pessimisme ou optimisme, c’est un choix, VRAI OU FAUXMy Profile

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour Sylviane
      Merci pour ton soutien ; j’espère que les informations contenues dans cet article apporteront un soulagement notamment à ta fille

      Amitiés

  2. Merci pour cet article! je ne sais pas si moi aussi je fais partie de cette catégorie, mais j’avais les mêmes symptômes surtout quand je prenais le train ou la voiture pour une longue route. Mais depuis que je me suis mise à la natation et le vélo, je me sens beaucoup mieux! 🙂
    Le dernier article de Anais…Une réduction du volume des seins pour quelle raison?My Profile

  3. J’ai lu vos articles sur les jambes sans repos.Plusieurs symptomes sont ceux que je ressent malheureusement..Symptomes survenus après une opération du rachis lombaire en 2011.
    Je suis ancien sportif et encore très actif et depuis je fais régulièrement de la kiné(vélo,tapis de marche,
    équilibre et autres exercices. Dernièrement j’ai fait des etiments qui m’ont semblés efficaces.
    Je vais essayé vos conseils avec les huiles essencielles.

    Cordialement,

  4. Denise a écrit:

    Merci! Enfin, on a mis un nom sur ce que je souffrais durant toute mon enfance, jusqu’à ce que j’ai eu mon premier enfant. Maman, m’a raconté que bébé, dans ma couchette, j’avais l’habitude de me mettre à quatres patttes dans mon lit et je me branlais les fesses avec des mouvements de va et viens. Si fort que la nuit, le voisin d’en bas cognait avec un bâton au plafond pour faire arrêter ce bruit incessant. Je me rappelle que toute mon enfance je m’endormais de la même manière. J’avais tellement de fourmillement dans les cuisses et j’étais incapable d’exprimer ce que je ressentais. Si j’avais beaucoup de couverture sur moi, par la chaleur s’était pire. Ma grande peur était en vieillissant, de me casser une jambe et qu’elle se retrouve dans le plâtre car ça aurait été une grande torture. Plus grande, lorsque j’étais assise immobile je me souviens que je me donnais de trop coup de poings sur mes cuisses pour stimuler mes muscles, ça diminuait le fourmillement. Enfant je jouais beaucoup à la corde à danser et je bougeais beaucoup. C’était lorsque je me retrouvais inactive que ça me prenait donc surtout quand je me retrouvais au lit. Je couchais dans un lit double avec ma soeur. Elle s’était habituée heureusement à mes balancements rythmés réguliers et ça l’aidait à dormir, comme si elle était bercée. Au début de mon mariage, mon mari, m’appelait gentiment le soir, sa branleuse. Je suis heureuse de savoir que je n’étais pas folle mais je peux vous affirmer que c’est très inconfortable. Je pourrais recommandé maintenant au personne avec ce problème de se procurer un rouleau de massage et au besoin de bien se masser en profondeur avec. Ce n’est également qu’à 60 ans qu’on m’a diagnostiqué un TDA sans hyper activité, ce qui n’existait pas lorsque j’étais jeune. J’ai passé pour une paresseuse la plupart de temps. Soyez à l’écoute de vos enfants car un enfant ne peut pas inventer rien lorsque c’est quelque chose de régulier et permanent.
    Denise B.

    • Janine CESAIRE a écrit:

      Bonjour
      Merci d’avoir partagé votre expérience ; c’est vrai lorsque une personne présente des symptômes difficilement compréhensibles ou qu’on peine à expliquer , cette personne passe souvent pour une malade imaginaire

      Cordialement
      Janine

Exprimez vous!

*

CommentLuv badge